Projet d’Elimination de la transmission mère- enfant du VIH du REGIPIV-BF : Des acteurs réunis pour faire le bilan trimestriel des actions menées sur le terrain

40
Projet d’Elimination de la transmission mère- enfant du VIH du REGIPIV-BF : Des acteurs réunis pour faire le bilan trimestriel des actions menées sur le terrain

Ce jeudi 7 novembre 2019, les acteurs intervenant -dans la mise en œuvre de la Stratégie d’accompagnement communautaire des femmes VIH+ pour l’élimination de la transmission mère-enfant se sont réunis à Ouagadougou pour un atelier bilan trimestriel. Cet atelier est l’occasion d’analyser les acquis et les insuffisances du trimestre écoulé, afin de définir les orientations pour l’atteinte des objectifs.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le Burkina Faso enregistre des progrès dans la lutte contre le VIH grâce à l’intervention combinée de plusieurs acteurs sur le terrain. Ces progrès sont particulièrement perceptibles quand il s’agit des adultes, car ils sont plus nombreux à se faire dépister et à être pris en charge. Or, si pour les adultes, le pays ne rencontre pas de difficultés particulières pour le dépistage, ce n’est pas le cas des enfants. En effet, selon le Dr Nadia Yaméogo, médecin de santé publique en charge de l’élimination de la transmission mère- enfant à la direction de la santé de la famille, tandis que la couverture en antirétroviraux (ARV) pour les femmes enceintes est de 93%, le dépistage précoce des nourrissons nés de mères séropositives n’excède pas 58% pour un objectif de 95%.


Il se pose donc un réel problème de dépistage des enfants exposés au VIH. Ce qui est à l’origine de la faible couverture en ARV des enfants qui est de 28% chez les moins de 15 ans en 2017. Pour y remédier, diverses initiatives ont été mises en œuvre dont le plan eTME (élimination de la transmission mère-enfant), avec des résultats qui sont malheureusement en deçà des attentes.

C’est dans ce contexte, que le Réseau national pour une grande implication des personnes infectées par le VIH dans la lutte contre le VIH/Sida au Burkina Faso (REGIPIV-BF) a expérimenté en 2014, en collaboration avec l’UNICEF et le SP/CNLS-IST, une stratégie pour contribuer au renforcement du programme de prévention de la transmission mère-enfant du VIH par la paire éducation. Une stratégie qui, selon Rachel Barro/Yaméogo, PCA du REGIPIV-BF, consiste pour les pairs éducateurs à aller vers les communautés et les familles et à les sensibiliser à l’importance du dépistage.

Dr Nadia Yaméogo, chargée de l’élimination mère-enfant du VIH à la DSF

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expérience du REGIPIV-BF a permis de rehausser les indicateurs dans les zones d’expérimentation. Au vu donc des résultats encourageants, le REGIPIV-BF a bénéficié d’un appui financier du Fonds mondial pour mettre en œuvre un projet axé sur l’eTME (élimination de la transmission mère enfant) dans 26 districts sanitaires de onze régions du Burkina Faso.

Conformément au plan de travail du projet, les acteurs qui interviennent dans la mise en œuvre doivent se réunir trimestriellement pour faire le bilan des activités menées. L’atelier de ce jeudi 7 novembre 2019 répond à cet impératif et est donc l’occasion pour les acteurs d’analyser les acquis et les insuffisances du trimestre écoulé, afin de définir de nouvelles orientations pour l’atteinte des résultats escomptés.

Rachel Barro, PCA REGIPIV-BF

A l’issue de l’atelier, les acteurs de mise en œuvre, particulièrement les pairs éducateurs, devraient disposer des outils nécessaires pour une sensibilisation efficace auprès des communautés et des familles.

Justine Bonkoungou

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici