Programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau : Une rencontre pour évaluer les activités menées

129
Programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau : Une rencontre pour évaluer les activités menées

Conformément à la règlementation générale relative à la mise en œuvre des projets et programmes exécutés au Burkina Faso, le comité de revue du Programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau, présidé par le secrétaire général du ministère en charge de l’Eau, Alassoun Sori, s’est réuni, le vendredi 28 juin 2019, en vue d’évaluer l’exécution du travail réalisé au cours du premier semestre de l’année 2019 et tracer les perspectives pour la poursuite des activités.

Le Programme national pour la Gestion intégrée des ressources en eau (PN-GIRE) 2016-2030 a été adopté par le gouvernement burkinabè en vue d’« une meilleure gestion des ressources en eau qui se traduit, entre autres, par la préservation des milieux aquatiques, l’accès et le partage équitable de la ressource entre les usagers, la lutte contre le gaspillage et la pollution ».

La mise en œuvre de ces activités, au cours du premier semestre de l’année 2019, a enregistré d’importants résultats et il s’est avéré important de faire un bilan afin de réorienter les actions pour optimiser les résultats. À cet effet, le comité de revue a tenu sa deuxième session ordinaire, le vendredi 28 juin 2019 à Ouagadougou. Prononçant le discours officiel, le secrétaire général du ministère en charge de l’Eau a diagnostiqué les difficultés qui ont entravé la bonne marche des activités. Selon lui, il s’agit des mouvements sociaux et surtout du défi sécuritaire.


Malgré tout, en termes de capitalisation, il y a eu beaucoup d’acquis. M. Sori a notamment cité la validation du SDAGE de l’espace de compétence du Nakanbé, portant ainsi à trois le nombre de SDAGE dans notre pays ; le démarrage du processus d’élaboration des SDAGE des espaces de compétence du Liptako et du Gourma. En plus de la mise en place de sept CLE, des CLE et associations ont également bénéficié d’un appui technique et financier pour la mise en œuvre de leurs activités. Le recouvrement de la contribution financière en matière d’eau d’un montant de plus de 255 000 000 F CFA sur une prévision d’environ 762 000 000 F CFA soit un taux de recouvrement de 33,52% et l’attribution de 20 agréments techniques, sont aussi des acquis qu’il a énumérés.


Dans l’ensemble, le taux pondéré d’exécution physique des tâches de 45,44% est jugé « assez satisfaisant ». Par contre, le taux d’exécution financière « n’est pas tout à fait au rendez-vous », a fait savoir le président du comité, endossant cette situation « aux grèves ». À en croire Alassoun Sori, le programme d’activités du deuxième semestre est « assez vaste ». « Il comporte dix actions et plus de 900 tâches réparties au niveau des structures de mise en œuvre du PN-GIRE. Ce sont des actions que nous avons démarrées au premier semestre que nous allons continuer en plus de nouvelles actions qui seront mises en œuvre au cours de l’année 2019 », a-t-il conclu.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici