Processus électoral : Newton Ahmed Barry et l’UPC accordent leurs violons

83

Processus électoral : Newton Ahmed Barry et l’UPC accordent leurs violons

Le brouillard qui s’était installé entre la CENI et l’UPC semble désormais dissipé. En effet, dans la matinée de ce mardi 9 octobre 2018, Newton Ahmed Barry s’est entretenu, au siège du parti, avec les responsables de l’UPC. Le nouveau code électoral, l’élaboration du fichier électoral pour les prochaines élections ainsi que la préparation de celles-ci ont constitué les trois heures d’horloge d’entretien entre les deux parties. « Comme vous le constatez, nous n’avons pas des visages crispés. Nous avons reçu ce matin l’institution chargée de l’organisation des élections, la CENI. Vous avez suivi dans la presse qu’à un moment donné, nous avions des divergences de vue sur certaines questions. Et comme on le dit, c’est de la discussion que jaillit la lumière », a indiqué Adama Sosso, deuxième vice-président de l’UPC, au sortir de l’entretien.

L’UPC est contre le nouveau code électoral et il l’a dit

Processus électoral : Newton Ahmed Barry et l’UPC accordent leurs violonsLe parti du lion est resté droit dans ses bottes. Il maintient son opposition au nouveau code électoral qui refuse que les Burkinabè de la diaspora puissent voter avec la carte consulaire. Adama Sosso et ses camarades l’ont redit au visiteur de marque. « Nous l’avons rappelé, nous ne sommes pas d’accord pas avec le nouveau code électoral. Mais ils nous ont dit que ce ne sont pas eux qui votent la loi et qu’ils sont chargés de l’appliquer », a ajouté le deuxième vice-président de l’UPC. Face à l’argument opposé par la CENI, le parti de l’opposition a souhaité que tout code qui sera prochainement adopté le soit de façon consensuelle.

Processus électoral : Newton Ahmed Barry et l’UPC accordent leurs violonsL’autre point, et pas des moindres, abordé au cours des échanges est sans conteste l’élaboration du fichier électoral sur la base de l’Office national d’identification (ONI). Là-dessus, Newton Ahmed Barry a convaincu ses interlocuteurs sur le bien-fondé de l’opération. « Nous avons échangé sur toutes ces questions. Ils nous ont expliqué que pour pouvoir faire un fichier électoral, il faut travailler avec ça.
Mais toutes les dispositions qui seront mises en place, s’ils vont pouvoir les déployer, nous sommes sûrs que si ça se passe comme ils l’ont dit, permettront de pouvoir toucher le maximum de personnes étant entendu que l’expérience sera vécue d’abord avec les élections référendaires et s’il y a correction après, nous la ferons ensemble », a précisé Adama Sosso.

Processus électoral : Newton Ahmed Barry et l’UPC accordent leurs violonsCENI et UPC ont donc accordé leurs violons pour la suite du processus électoral. « A ce stade, nous sommes arrivés à nous comprendre et nous sortons de cette salle rassurés que la CENI a pour mission de travailler dans l’intérêt général et nous, à l’UPC, n’avons pas d’objection à les accompagner », a conclu le deuxième vice-président de l’UPC, Adama Sosso.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Lefaso.net