Processus de développement du Burkina : L’idée d’un ingénieur de 23 ans

111

Le Burkina Faso, à l’instar de la communauté internationale, célèbre ce 12 août 2017, la Journée internationale dédiée à la jeunesse. Plusieurs activités sont au programme notamment une conférence publique et des émissions interactives. Pour l’occasion, Alfred Bewindin Sawadogo, co-initiateur du Mouvement de réflexion sur les opportunités de développement du Burkina Faso (MROD/BF), a tenu à exprimer son message à l’endroit de la jeunesse.

« Les jeunes pensent peu aux initiatives personnelles, préférant demander de l’emploi que d’être créateurs d’emplois. On ne peut pas non plus blâmer cette jeunesse car elle a été conditionnée par le milieu ambiant à réfléchir « fonction publique » au lieu de penser entrepreneuriat. Mais fort heureusement, la tendance peut être renversée ».

C’est la conviction de l’ingénieur d’Etat en télécommunications, Alfred Bewindin Sawadogo, co-initiateur du MROD/BF. Conférencier, il écrit également des œuvres dans le domaine du développement personnel. Le jeune entrepreneur de 23 ans était dans les locaux de Burkina 24 le 11 août 2017. Il présente le MROD/BF comme un mouvement international de jeunesse lancé en mars 2016 qui œuvre dans les domaines du leadership, de l’entreprenariat et de la culture politique des jeunes.

Alfred Sawadogo et Moubarak Zouré, alors étudiants burkinabè résidant en Algérie, ont lancé le mouvement représenté actuellement au Burkina, en Algérie, en France, aux Etats-Unis, au Canada et en Tunisie. « La vision du MROD/BF est de construire une jeunesse citoyenne, responsable et actrice du développement. Le mouvement reste ouvert à tous ceux qui souhaitent adhérer. Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de l’impact », a-t-il dit.

Le mouvement fort d’environ 200 membres a organisé une conférence des jeunes leaders pour le développement (CJLD) le 29 Juillet 2017 à Ouagadougou autour du thème « Comment lever les fonds pour financer son projet de création d’entreprise ? ». A en croire le cofondateur de « Grâces Rédaction » (entreprise d’assistance dans la rédaction de documents), plus de 130 personnes y ont pris part. « La conférence a connu un succès. Les gens ont beaucoup apprécié », informe-t-il.

Le message d’Alfred Bewindin Sawadogo à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse

« Mon message porte sur trois points majeurs, mais de façon générale sur le rôle de la jeunesse dans le processus de développement.

Premièrement en tant que jeunes, si nous voulons développer le Burkina Faso, nous sommes appelés à collaborer avec l’Etat. Notre mission première, nous devons être dans une logique de citoyenneté, c’est-à-dire, revendiquer nos droits mais aussi nous acquitter de nos devoirs.

Deuxième rôle de la jeunesse, c’est celui de la création de richesses, parce que le développement est intimement lié à l’économie. Il faudra agir à toucher le tissu économique en développant des initiatives. La voie royale, pour moi, c’est l’entrepreneuriat car la fonction publique est saturée.

Et le troisième rôle majeur de la jeunesse dans le processus de développement, c’est ce que j’appelle concevoir et exécuter le développement à long terme. Parce que nous sommes la relève de ce pays. En tant que jeunes alors, il sied pour nous de nous former, de nous instruire, d’être conscients des défis auxquels le Burkina de demain sera confronté et de voir comment on peut se préparer à relever ces défis.

J’appelle chaque jeune à être proactif et à s’inscrire dans cette dynamique de travail pour le développement du pays. Je suis confiant. La jeunesse burkinabè a du talent et du génie ».

Le MROD/BF, selon Alfred Sawadogo, se veut une association internationale et apolitique, une tribune de réflexions, d’expression et de formation des jeunes regroupant des Burkinabè désireux d’apporter leur contribution au développement du pays. « Dans l’objectif de faire de chaque jeune une solution pour la Nation burkinabè, des formations sont dispensées en leadership et en entrepreneuriat. Nous sommes un mouvement de jeunes. Et on sait que l’avenir de ce pays repose entre les mains de sa jeunesse », foi du jeune ingénieur d’Etat qui souhaite partir en France pour son doctorat. « J’ai à cœur, après mes études, de renter au Burkina Faso », a-t-il confié.

Il faut noter que la journée internationale de la jeunesse 2017 est célébrée autour du thème « Contribution de la jeunesse à la construction de la paix ». Le choix de ce thème traduit la volonté de la communauté internationale à assurer une prise de décision sensible, inclusive et participative dans la promotion de la paix. Le thème retenu au Burkina pour célébrer cette journée est « Actions du Ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles au profit des jeunes : Etat des lieux et perspectives ».

« Je reste convaincu que la jeunesse du Burkina Faso, en tant que locomotive des grands changements socio-politiques, est également le fer de lance en matière d’engagement pour un développement économique et social de notre pays », a déclaré le ministre de la jeunesse, Dr Smaïla Ouédraogo à l’occasion de cette journée mondiale.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com