Procès putsch : Troisième jour d’audition pour le capitaine Dao

105

Le capitaine Abdoulaye Dao, Commandant du Groupement des unités spéciales (GUS) est en passe de battre un record au Tribunal militaire pour ce qui est du nombre de jours passés à la barre pour répondre des faits qui lui sont imputés. Le lundi 24 septembre 2018, cela fait déjà trois (03) jours que le capitaine se retrouve droit dans ses rangers devant les juges dans le cadre du procès du Coup d’Etat de septembre 2015.

Le Commandant du Groupement des unités spéciales (GUS) au sein de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP) poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires et incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline nie toujours sa participation au coup de force de septembre 2015.

A l’écouter, il aurait été induit en erreur pour avoir exécuté des ordres qu’il considère émanant « des chefs militaires ».

Toujours à la barre ce lundi 24 septembre 2018, celui qui était à la tête des unités en charge de la sécurité du Président de la transition, Michel Kafando, est resté fidèle à ses déclarations tenues pendant les deux jours précédents. Mais certains de ses dires ont provoqué le courroux d’avocats de la défense, notamment Me Badini, conseil de l’accusé Laoko Mohamed Zerbo.

Le vendredi 21 septembre 2018, le capitaine Dao a fait mention de la présence d’éléments incontrôlés au sein de l’ex Régiment de sécurité présidentielle. Ces éléments, toujours selon ses paroles, échappaient à toute velléité de sanction décidée par la hiérarchie. De ces soldats non-contrôlés, le nom du sergent-chef Laoko Mohamed Zerbo est revenu avec insistance. Me Badini, avocat de ce dernier a demandé au Président du Tribunal « d’entendre » de nouveau son client pour lever toute équivoque. Cette demande sera examinée, a rétorqué le Président.

Par ailleurs, un autre avocat de la défense, en l’occurrence Me Kiénou, conseil du major Badiel Eloi, a chargé le prévenu Dao. Le 16 septembre 2015, à en croire l’avocat, le capitaine Abdoulaye Dao aurait contacté le major Badiel par message pour lui donner des ordres. Toute chose que l’accusé nie. Une confrontation entre les deux inculpés a été sollicitée par Me Kiénou.

L’audience a été suspendue ce lundi 24 septembre 2018 à 17h. Elle reprend le mardi 25 septembre 2018 avec la poursuite de l’interrogatoire du capitaine Abdoulaye Dao, pour le quatrième jour d’audition le concernant.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com