Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet

35
Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet

Le Centre d’éducation au respect des droits de propriété Intellectuelle (CERDPI) a initié le samedi 16 novembre 2019, à Ouagadougou, une conférence publique sur la problématique d’exploitation des œuvres de création. Il était question de mieux outiller les acteurs pour une meilleure gestion des différents droits.

Depuis un certain temps, la problématique de l’exploitation des œuvres de création se pose de façon récurrente. Cela, tant dans le paysage médiatique que commercial du Burkina Faso. Les œuvres de création, les images, tout comme les marques de fabrique ou de service, sont souvent exploitées à tort au détriment des intérêts des créateurs ou des entreprises titulaires des droits. Pour essayer de juguler le problème, le CERDPI a organisé le samedi 16 novembre, à Ouagadougou, une conférence publique. C’est le juriste Oumar Sanou qui s’est entretenu avec ceux qui ont fait le déplacement.


Il a défini la création comme la réalisation d’une conception, dans une forme portant l’empreinte de la personnalité de son auteur. Le créateur est donc celui qui réalise une conception dans une forme qui porte l’empreinte de sa personnalité, une forme qui l’individualise. Il a noté une différence entre propriété corporelle et propriété incorporelle. Pour lui, les auteurs détiennent la pensée, l’idée donc l’incorporel et les librairies et imprimeurs, le support papier, le corporel. Il a également égrené les éléments du droit d’auteur. Il s’agit du droit de la divulgation, le respect de la paternité, de l’intégrité de l’œuvre, la reproduction et la représentation de l’œuvre.


Le conférencier a abordé le brevet d’invention. Selon lui, c’est un titre délivré par les pouvoirs publics. Il confère à son titulaire un monopole temporaire d’exploitation sur l’invention. En ce qui concerne la marque, c’est un signe permettant de distinguer les produits ou services fabriqués ou fournis par une entreprise. Le conférencier a invité les acteurs à s’outiller davantage sur ces questions car dans l’avenir, il pourrait y avoir des procès. Les participants ont bien suivi la présentation. Ils ont promis qu’une fois de retour dans leurs services, ils tiendront compte des bagages qu’ils ont acquis.

Dimitri OUEDRAOGO

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici