Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

69

Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

Diébédo Francis Kéré, un nom qui compte dans l’architecture au Burkina Faso et beaucoup plus à l’international. Ses œuvres réalisées à travers le monde ont tapé dans l’œil de la Fondation Prince Claus pour la Culture et le Développement, créée en 1996.

Les prix Prince Claus récompensent des réalisations exceptionnelles dans le domaine de la culture et du développement. Ces prix sont attribués chaque année à des personnes individuelles, des groupes et des organismes dont les actions culturelles ont un effet positif sur le développement de leurs sociétés.

Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis KéréDans le dossier de presse mis à notre disposition, on lit que le prix Prince Claus est décerné à Diébédo Francis Kéré pour la conception et la construction de bâtiments d’une grande beauté qui répondent aux besoins des habitants ; pour la mise en place d’une approche holistique des pratiques architecturales qui souligne l’importance de la participation de la population, et l’importance du respect de la culture locale et de l’utilisation des matériaux et des méthodes durables.

Le jury a également apprécié sa mise à l’honneur des traditions culturelles, sa façon de combiner de manière astucieuse les facteurs pertinents de deux systèmes de savoir différents afin d’élaborer des solutions pratiques de portée universelle et de créer des échanges d’idées entre l’Afrique et l’Europe.

Au cours de la cérémonie qui a eu lieu au palais royal à Amsterdam en présence de membres de la famille royale des Pays-Bas et d’un public international, les lauréats du monde entier, 7 au total, ont été honorés. 25000 euros (environ 16375000 F CFA) et le trophée, c’est entre autres la composition du prix.

En communion sur ses terres

Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis KéréAprès la remise du prix aux Pays-Bas, la fondation a décidé de venir au Burkina Faso pour présenter le trophée en compagnie du lauréat. Selon Joumana Khoury El Zein, directrice de la fondation, « c’est plus important de remettre le prix dans le pays du lauréat, que dans un pays étranger ».

C’est à Gounghin, aux Récréatrales que le prix a été présenté. Ce en présence de l’ambassadeur du royaume des Pays-Bas au Burkina avec résidence à Bamako, Jolke Folkert Oppewal, du ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango. Et de bien d’autres personnalités.

Le lauréat Francis Kéré s’est dit ému par la cérémonie. Lui qui a déjà été lauréat de plusieurs prix, a particulièrement été touché par ce dernier. C’est la première fois qu’il reçoit un prix dans son pays, en présence de sa mère, et de sa fille qui dit-il, lui reproche toujours de ne pas avoir du temps.

Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis KéréL’architecte a surtout lancé un appel à la jeunesse. Selon lui, il faut toujours se battre et ne pas se donner des limites. L’architecture est certes un domaine dont la formation est chère, c’est peut-être un domaine de prestige, « mais un burkinabè comme moi peut aussi réussir là », a-t-il dit.

Pour ce faire, il a invité les jeunes de son pays à se surpasser. « Il faut tout faire pour quitter cette boite qui nous enferme et vous serez vus par les gens, les gens vont vous pousser, le monde attend de découvrir vos talents. Ne dormez pas », a-t-il insisté.
Francis Kéré qui dit travailler actuellement sur des projets aux Etats Unis, en Chine, en Tunisie, en Angleterre, en Allemagne et dans son village repartira sur ses chantiers.

« Il faut croire en ce qu’on fait et le monde vous découvrira. Le travail, et l’engagement payent », martèle-t-il.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Lefaso.net