Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

42
Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de  grève est suspendu  et « non levé »

Face au projet de privatisation de l’aéroport de Ouagadougou par l’Etat, le collectif des Syndicats uniques de la météorologie et assimilés de l’aviation civile (SUMAC), écarté du projet, avait marqué son désaccord. Aussi pour exprimer son total refus à la décision, le collectif avait décidé d’aller en grève les 11 et 12octobre 2019. Cependant, suite à la rencontre avec le Premier ministre le mardi 8 octobre dernier, une assemblée générale s’est tenue le jeudi 10 octobre pour rendre compte des négociations entamées et donner suite au préavis de grève. Pour avoir les conclusions de l’AG, nous avons rencontré, Ahmed Lamizana, Secrétaire général du SUMAC.

Lefaso.net : Quelles sont les conclusions de l’assemblée Générale ?

Ahmed Lamizana : L’assemblée générale a décidé à une majorité écrasante que le préavis de grève est suspendu et non levé. Cela voudrait simplement dire que si nous sentons que les engagements pris par le gouvernement ne sont pas respectés, nous allons juste réactiver le préavis de grève.

Est-ce à dire que la grève pourrait être reconduite prochainement ?

Oui, c’est possible. Comme je vous l’ai dit, si nous nous sentons floués, si les engagements pris par le premier ministre que nous estimons fort appréciables dans un avenir proche ne sont pas respectés, nous allons juste réactiver notre préavis de grève.

Ahmed Lamizana, Secrétaire général du SUMAC

Comment vous avez senti l’engagement des militants à cette assemblée générale ?

La base, depuis le début, était mobilisée, déterminée et même engagée. L’assemblée générale a regroupé tous les domaines qui interviennent dans l’aviation civile. Les places étaient bondées, certains militants étaient debout. C’est pour dire que les gens sont mobilisés, conscientisés pour cette lutte que nous sommes en train de mener.

Quels délais vous vous donnez pour observer les engagements du Premier ministre ?

Pour le moment, il n’y a pas de délais impartis. Le Premier ministre nous a demandé de lui faire parvenir dans un mémorandum tous les griefs qui sont faits au projet. Nous allons jouer effectivement notre partition en faisant ce mémorandum et nous allons expliquer en quoi ce projet n’est pas avantageux pour les Burkinabè.

Maintenant, je crois que dans un délai raisonnable aussi, le Premier ministre va nous faire parvenir sa réponse et donner aussi des satisfactions à nos préoccupations lorsqu’on se rencontrera pour les négociations pour une décision finale.


A LIRE AUSSI : Privatisation de l’aéroport de Donsin : « Dans le projet de contrat de délégation proposé par le groupement actuel, le contenu fait froid dans le dos », Syndicat de l’aviation civile


Propos recueillis par Juste Ephrem ZIO

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici