Présidentielle 2020 au Togo : Deux vainqueurs au lendemain du premier tour

107
Présidentielle 2020 au Togo : Deux vainqueurs au lendemain du premier tour

La commission électorale nationale indépendante du Togo a, dans la nuit du dimanche à lundi, proclamé le président sortant Faure Gnassingbé, vainqueur de l’élection présidentielle du samedi 22 février 2020. Selon les chiffres de l’institution, le candidat de l’Union pour la république (UNIR), Faure Gnassingbé, arrive en tête des six candidats au 1er tour avec 72,36% des voix. Suivi d’ Agbéyomé Kodjo avec 18% des voix et de Jean-Pierre Fabre crédité de 4,35% des voix. Cette victoire de Faure Gnassingbé est rejetée par les opposants. Ils pointent du doigt les résultats de la CENI et parlent de fraudes massives et de falsification de résultats. Cette confusion au lendemain de l’élection va-t-elle entrainer le pays dans le spectre de la violence ?

La commission électorale nationale indépendante, a proclamé dans la nuit du dimanche à lundi 24 février 2020, vainqueur dès le premier tour, le président sortant Faure Gnassingbé avec 72,36% des voix. C’est l’annonce faite par Tchambakou Ayassor, le président de la Commission électorale nationale indépendante, après avoir décliné les résultats des 46 commissions électorales locales. Avec cette victoire, Faure Gnassingbé, 53 ans, rempile pour un quatrième mandat à la tête du Togo, pays de près de 8 millions d’âmes, écartant ainsi, l’option d’un second tour, face à l’un de ses six adversaires.

En effet, à l’issue de cette élection qui s’est déroulée le samedi, l’institution en charge de l’organisation et la supervision de l’élection a créé la surprise générale en donnant les résultats provisoires du scrutin présidentiel, 24 heures seulement après la tenue du vote. Dans les détails, Faure Gnassingbé remporte le scrutin avec 1 938 889 suffrages exprimés soit 72,36% des voix. Agbéyomé Kodjo, candidat porté par la Dynamique Mgr Kpodzro suit avec 492 336 voix soit 18,37%.

Il est suivi de Jean-Pierre Fabre qui est crédité de 4,35%, Aimé Gogué avec 2,38%, Komi Wolou (1,14%), Georges Kouessan (0,77%) et Mohamed Tchassona-Traoré (0,63%) ferme la marche. Au vu des résultats de la CENI, Faure Gnassingbé est réélu dès le 1er tour. Le président réélu Faure Gnassingbé a remercié « la jeunesse togolaise mobilisée spontanément pour célébrer cette victoire au nom de la démocratie », via son compte Twitter.

Mais les candidats de l’opposition ont déjà rejeté dans leurs différents communiqués les résultats de la CENI pointant du doigt des fraudes massives et des falsifications de résultats. Ils s’urgent contre cette victoire dès le premier tour. Pour eux, il y a eu des bourrages d’urnes et des inversions de résultats. Agbéyomé Kodjo a même dénoncé de « nombreuses fraudes ». Avant même l’annonce des résultats de la présidentielle par la Céni, l’opposant et ancien Premier ministre a convoqué la presse pour affirmer qu’au regard des chiffres dont il dispose, il était sans conteste le vainqueur du scrutin.

Pire, Agbéyomé Kodj, leader du parti mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) s’est aussi adressé au peuple togolais. « Contrairement à la volonté populaire clairement affichée à travers les urnes, la CENI vient de proclamer vainqueur le président sortant que nous avons régulièrement battu à l’issue de la présidentielle du 22.02.2020. En ma qualité de président élu de la République togolaise, j’appelle les populations sur toute l’étendue du territoire national et dans la diaspora à défendre résolument la vérité des urnes. J’en appelle à la retenue et à la neutralité des forces de défense et de sécurité… » a-t-il expliqué.

Chose difficile à cerner dans l’attitude des autorités togolaises, pendant que la CENI proclamait les résultats provisoires, la maison d’Agbéyomé Kodjo a encore été encerclée, selon certains observateurs. Ce qui rendait le quartier difficile d’accès à cause de cette présence massive des forces de l’ordre. En ce qui concerne les résultats provisoires, il faut noter qu’ils seront transmis à la Cour constitutionnelle. Et dans un délai de 6 jours, celle-ci se chargera de proclamer les résultats définitifs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation est très tendue au Togo et les jours à venir seront déterminants pour ce pays. Avec deux présidents, chacun des deux principaux protagonistes se déclarant vainqueur, la violence est à craindre. Ce spectacle des lendemains d’élections surchauffés est courant en Afrique. À quand la fin d’une telle pratique ? Si le peuple togolais est allé aux urnes, c’est certainement pour éviter ces cafouillages qui instaurent la violence pour après appeler au secours. Espérons que le Togo épargnera au continent une telle barbarie après des élections. Il est du devoir de tous, d’œuvrer à ne pas donner raison à ceux qui pensent que « la démocratie est un luxe pour l’Afrique ».

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici