Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue

134

Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue

Le rapport n’est en réalité qu’une revue citoyenne qui consiste à organiser les communautés pour qu’elles expriment leur point de vue sur les politiques publiques mises en œuvre par le gouvernement. Mené en 2016, cet exercice a concerné trois domaines dont la gratuité des soins de santé proclamée par le gouvernement en 2016, les transferts de compétences et de ressources aux collectivités territoriales en 2014 et les allocations budgétaires de l’éducation.

20 communes concernées

Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue
Participants à l’exposé des résultats sur le suivi citoyen

En moyenne, douze personnes ont été sélectionnées dans chacune des 20 communes avec des focus communautaires regroupant plusieurs catégories de populations (femmes, jeunes, agriculteurs, leaders religieux et coutumiers, etc). Des questionnaires ont été adressés aux communautés et aux personnes ressources dans les ministères. Que doit-on retenir du contenu de cette revue citoyenne ?

Une gratuité appréciée mais à revoir

Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue
Siaka Coulibaly, PCA du Centre de suivi et d’analyses citoyens des politiques (CDCAP)

Ce n’est pas la première fois qu’une mesure de gratuité de soins est mise en œuvre au Burkina. Il y a eu en 2007, la mesure des soins obstétricaux et néonataux d’urgence mais celle-ci avait montré ses limites. De la présentation des points essentiels de la revue faite par Siaka Coulibaly, président du conseil d’administration du CDCAP, l’on retiendra que même si les populations ont accueillis favorablement l’actuelle mesure sur la gratuité de soins, il reste tout de même que des points négatifs ont été relevés dans sa mise en œuvre. Il s’agit notamment de la surfréquentation des centres de santé, des risques démographiques avec une croissance du taux de natalité, et des ressources financières insuffisantes pour faire face aux besoins. Pour ce qui est du plaidoyer, il ressort qu’il est indispensable d’harmoniser cette gratuité avec les orientations du PNDES qui sont de contrôler la démographie.

Pour une décentralisation véritable

Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue
Une vue d’étudiants membres d’organisations estudiantines

Pour ce qui est du transfert des compétences et des ressources aux collectivités territoriales, il a été constaté que ces transferts ont touchés tous les domaines prévus par le code général de collectivités territoriales mais restent insuffisants. Selon le PCA du CDCAP, il faut un troisième mouvement de transferts (après 2009 et 2014, NDLR) plus approfondis qui prennent en compte toutes les parties prenantes pour plus d’efficacité sur le terrain. D’ailleurs la majorité des participants des focus communautaires estiment que l’Etat devrait accorder plus de pouvoirs aux collectivités territoriales.

Rationnaliser l’utilisation des allocations

L’éducation est le domaine qui reçoit plus d’allocations budgétaires de la part de l’Etat. Toutefois, 84% des répondants sont convaincus que ces allocations sont insuffisantes. Et l’inadéquation de l’utilisation de ces allocations pourrait cacher en réalité une mauvaise gestion de ces fonds. D’où le plaidoyer des acteurs pour une « rationalisation de l’utilisation de ces allocations et une meilleure implication et responsabilisation des acteurs non étatiques en vue d’assurer la participation citoyenne dans le secteur ».

Difficultés rencontrées

Politiques publiques en 2016 : Le CDCAP de Siaka Coulibaly livre les résultats de sa revue
Photo de famille

Si la pertinence du rapport a été saluée par l’ensemble des acteurs présents, il reste moins que le CDCAP a rencontré quelques difficultés dans la collecte et le traitement des données. Selon Siaka Coulibaly au moment de la collecte des données sur la gratuité des soins de santé, seulement trois régions étaient initialement couvertes par la mesure. Il y a donc eu un problème d’échantillon statistique, ce qui n’a pas permis au centre d’avoir des données beaucoup plus consolidées. A cela s’ajoute l’épineuse question financière qui n’a pas permis de mener des enquêtes individuelles au niveau communautaire.

Après avoir donc recueilli les commentaires et apports des OSC et des agents de l’Etat, le CDCAP a remis une copie du rapport à M. Kéré Serge, chargé de missions à la primature. Ce dernier a promis de transmettre le document à qui de droit pour exploitation. Après donc cette première étape, le centre compte porter les résultats de ce rapport au niveau des cadres de dialogue notamment la revue du Plan national de développement économique et social (PNDES) afin de mener le plaidoyer.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Lefaso.net