Politique : le FPR sonne le glas de «l’agonie et de la léthargie» dans laquelle se trouve le Burkina

178

Le paysage politique national a enregistré la naissance d’un nouveau parti le samedi 28 avril 2018. Il s’agit du Front patriotique pour le renouveau (FPR). Selon ses responsables, le FPR est né pour mettre fin à l’agonie et à la léthargie dans laquelle se trouve le Burkina.

Aristide Ouédraogo, président du FPR estime que le Faso agonise parce que sa jeunesse est «gravement malade». «Représentant près de 70% de la population burkinabè, cette jeunesse vit dans une situation qui est vite passée de l’état de stress à celui de détresse profonde, plongeant du même élan, toute la population dans le désarroi. Ce triste état des lieux ne fait qu’exacerber les sentiments forts d’une peur de l’avenir et des doutes légitimes sur la capacité de l’élite dirigeante actuelle à redonner espoir à la nation toute entière par manque d’esprit d’initiatives à la hauteur des attentes car ne comptant que sur sa boussole principale, à savoir un PNDES mort dès sa création», fait remarquer M. Ouédraogo.

Refusant l’exploitation de l’homme par l’homme en décidant que l’heure du renouveau à sonner, le FPR voit ainsi sa naissance grâce à des anciens dissidents du Parti de la renaissance nationale (Paren) et bien d’autres partis politiques et Organisations de la société civile. Ce renouveau, le FPR l’envisage ensemble de manière participative avec l’ensemble du peuple burkinabè. D’ailleurs selon Aristide Ouédraogo, la vision et le combat du FPR sera celui de la jeunesse en quête d’emplois et  de construction de son avenir ; celui de la valorisation des médias et de la liberté de la presse ; d’une jeunesse innovante qui rêve d’un renouveau pour réveil autonome ; de la femme burkinabè, de ses souffrances et aspirations ; du refus de la fatalité et de l’injustice sociale etc.

Parti d’opposition, le FPR réclame son autonomie et son indépendance. «Nous connaissons beaucoup d’hommes politiques parmi lesquels le député Tahirou Barry que nous côtoyons. Mais la création du FPR a été suscitée par un ensemble de jeunes venant d’horizons divers. A ce jour, Tahirou Barry n’a pas fait acte d’adhésion officielle pour intégrer le FPR. Mais nous ne pouvons pas présager de l’avenir», affirme Aristide Ouédraogo qui estime que si d’avenir, Tahirou Barry méritait d’être porté par le parti, le FPR n’hésiterait pas.   

Fasozine