Politique au Burkina Faso : L’UPC braque les projecteurs sur ses dix ans d’existence

173
Politique au Burkina Faso : L’UPC braque les projecteurs sur ses dix ans d’existence

1er mars 2010-1ermars 2020 ; l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a dix ans d’existence. Cette date ne passera pas inaperçue. Ainsi en a décidé la direction politique nationale qui a animé une conférence de presse ce jeudi, 27 février 2020 à Ouagadougou, pour décliner les activités commémoratives du jubilé d’étain.

« 10 ans de l’UPC : combat pour le vrai changement ». C’est autour de ce thème que les « lions » vont marquer ces dix ans de vie de leur parti. « Ces festivités auront lieu dans une ferveur populaire et militante », ont annoncé les conférenciers. Ils révèlent que le programme prévoit, entre autres, un panel et une projection de film documentaire sur l’histoire du parti, le samedi, 29 février au CENASA ; une exposition-photos, un don de sang et un cross populaire (qui ira du siège sis au quartier Gounghin, le dimanche 1er mars à 6 h).

Cette date sera aussi une occasion pour le parti de procéder à l’installation des unions provinciales des jeunes et des femmes du Kadiogo ainsi que du Club des « Lioncelles » à la cérémonie de clôture au Pavillon Soleil levant du SIAO, dans l’après-midi de dimanche, 1er mars 2020. Au cours de ce dernier acte de la commémoration, le président du parti, Zéphirin Diabré livrera un « important message » sur les élections et les actions à venir.

« Les militants et sympathisants viendront des quatre coins du pays pour prendre part à cette commémoration. Nous compterons également parmi nous, la présence de partis frères et amis ou appartenant aussi bien au CFOP (Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, ndlr) ou à la majorité au pouvoir », a annoncé le président du comité d’organisation, député Adama Sosso, deuxième vice-président chargé des affaires politiques de l’UPC.

« 10 ans après, le constat est toujours amer, très amer d’ailleurs… »

La conférence de presse a donné le ton du regard qui sera porté, non seulement sur le contexte de création du parti en rapport avec la situation actuelle du pays, mais également de son évolution dans l’animation de la vie politique nationale.

« Déjà, dans notre Manifeste, nous faisions le constat que ‘’la naissance de l’UPC survient dans un contexte national marqué par une soif d’alternance, de progrès et au cœur d’un système politique qui se caractérise par de nombreuses insuffisances’’. 10 ans après, le constat est toujours amer, très amer d’ailleurs, parce qu’à vrai dire, notre pays n’a pas avancé. Au contraire, il a reculé, et de la pire des manières. Le Burkina Faso, jadis havre de paix, fréquentable, rayonnant dans le concert des Nations, est aujourd’hui méconnaissable. 10 ans après sa création, l’UPC constate que la situation de notre pays est pire qu’hier. Il est en délitement total. L’insécurité, la faim et la malnutrition y sévissent, une crise humanitaire sans précédent s’y est installée, l’économie est à terre. Comme si ces maux ne suffisent pas à notre pays, ses dirigeants actuels continuent de piller les ressources nationales. La série de révélations de la presse, dont vous êtes les animateurs, révèle des scandales tous les jours. On peut dire qu’en plus du terrorisme classique, notre pays souffre du terrorisme économique institué par le régime en place », relève-t-on dans la déclaration liminaire.

« L’UPC se porte bien, et même très bien… »

En attendant la commémoration qui reviendra à proprement dit sur la vie du parti, de sa création à ce jour, les conférenciers mentionnent déjà que l’UPC « se porte bien, et même très bien ».

« Du parti dont on ne vendait pas chère la peau en 2010, l’UPC est venue en force aux élections couplées municipales et législatives de 2012 avec 19 députés, 19 maires et 1600 conseillers municipaux. Aux élections de 2015, quoique n’ayant pas eu le pouvoir d’Etat, notre candidat à la présidentielle a obtenu presque 30 pourcent des suffrages, et le parti a engrangé 33 sièges de députés à l’Assemblée nationale. Aux municipales qui ont suivi, en 2016, l’UPC a obtenu plus de 3000 conseillers municipaux, 33 mairies et la Présidence du Conseil régional du Centre-est », présentent Adama Sosso et ses co-conférenciers (Rabi Yaméogo, secrétaire général national et Nathanaël Ouédraogo, vice-président chargé de la région du Centre). Ceux-ci annoncent l’arrivée « en force » en novembre 2020 (présidentielle/législatives) de l’UPC comme le premier parti politique du Burkina.

« Les yeux des Burkinabè se sont ouverts, et ils cherchent l’alternative crédible. (…). Il faut le souligner et prendre les Burkinabè à témoin, en 10 ans, l’UPC n’a fait aucune compromission, n’a commis aucun crime, et n’a jamais trahi le Peuple. C’est un mérite qu’il faut nous reconnaître : faire 10 ans dans l’Opposition, tout en gardant sa dignité, et en restant fidèle au Peuple et à ses idéaux », loue M. Sosso.

Les représentants du parti se réjouissent du chemin parcouru, « malgré les difficultés inhérentes à toute organisation sociale ».

« Quand un parti comme l’UPC naît, en dix ans, a déjà 33 députés, un chef de file de l’opposition, vous comprendrez que la progression a été tellement rapide, qu’il y a des aspects que nous ne prenons pas toujours en compte. Aujourd’hui, nous avons dit que le choix, parfois, des hommes pour pouvoir nous représenter dans les localités constitue des faiblesses à notre niveau ; parce que juste après l’insurrection, les Burkinabè, dans la majorité, pensaient que le pouvoir allait revenir à l’UPC. Tout le monde s’est engouffré, en disant ; nous aimons l’UPC. Mais vous avez vu vous-mêmes que, au finish, certains avaient besoin de l’UPC pour grandir et pour pouvoir avoir des ailes. Ça a été une faiblesse de croire à un moment que tout le monde nous aimait, parce que nous avons été plébiscités. Mais aujourd’hui, nous croyons véritablement que dans le choix des acteurs, il faut bien réfléchir et savoir sur qui compter », tirent-ils des leçons.

« Aujourd’hui, au moment où le Burkina Faso se déchire, c’est un parti comme l’UPC qu’il faut au pouvoir : il a les mains propres, il a des cadres très compétents que les Burkinabè n’ont pas encore vu à l’œuvre, il n’a pas d’ennemis, et peut donc rassembler tout le monde de tous les bords pour reconstruire ce pays », font valoir les responsables de l’UPC.

O.L.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici