Poésie: un prix international en hommage à Jacques Prosper Bazié

23

Le prix international de poésie Jacques Prosper Bazié est un concours de poésie organisé par le Centre international de recherches et de créations artistiques (CIRC’ART). Il est destiné aux jeunes âgés de 17 à 30 ans, n’ayant encore aucune publication à leur actif en poésie et ressortissants du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Bénin, du Mali et du Togo. La première édition de ce concours, dont la proclamation des résultats est prévue pour le 15 juin 2019, a été présentée à la presse ce mardi 11 juin à Ouagadougou.

Le choix de la dénomination «Prix international de poésie Jacques Prosper Bazié» est pour rendre hommage à l’illustre auteur, éditeur et homme de culture burkinabè, Jacques Prosper Bazié pour l’immense héritage littéraire légué à la postérité et pour son engagement inlassable à la promotion de jeunes auteurs.

«En dépit des progrès réalisés en Afrique de l’Ouest, notamment en matière de transition démocratique et politique, la situation sécuritaire demeure très préoccupante avec l’escalade de la radicalisation politique, idéologique, sociale, religieuse assortie de récurrents violents attentats terroristes en attestent les attaques au mali, au Burkina et au Niger. Face à ce fléau qui fragilise les Etats et expose leurs jeunesses à la précarité, des actions étatiques, interétatiques et internationales sont entreprises. Cette belle dynamique de conscience citoyenne doit continuer à se déployer sur les réseaux sociaux et au-delà, se déporter sur le terrain, au plus près des populations, à l’aide d’actions concrètes, solidaires, inclusives et capables de créer des liens entre les jeunes sur le plan local, national et multilatéral», explique Justin Stanislas Drabo, administrateur du CIRC’ART.

C’est donc fort de cet élan que le CIRC’ART organise ce prix qui selon les organisateurs, est un cadre d’expression littéraire pour les jeunes désireux de faire valoir leur tapuscrits ou manuscrits. Ce prix ce veut aussi un cadre d’initiation de jeunes talents à l’art de l’écrit professionnel, de découverte et de promotion de jeunes talents et leurs productions mais surtout une dynamique d’intégration sous régionale, de solidarité francophone, d’expression de la diversité culturelle, de partage de valeurs démocratiques, de résistance à la montée du radicalisme et de l’extrémisme violent.

Cette première édition parrainée par Martin Zongo, administrateur du Cito, aura au menu, un atelier d’écriture de poésie pour les auteurs nominés, animé par l’inspecteur de français, poète romancier et nouvelliste Joseph Sanou le 13 juin ; Une conférence publique sur la poésie animée par le Pr Yves Dakuo et l’écrivaine Madeleine De Lalle/Ky le 14 juin et la cérémonie de proclamation des résultats le 15 juin prochain.  

Qui est Jacques Prosper Bazié?

Jacques Prosper Bazié est un journaliste qui a servi à la Radiodiffusion télévision du Burkina et aux Editions Sidwaya. L’homme est surtout un monument de la littérature burkinabè, auteur d’une dizaine de livres salués par la critique et le public, qui a exploré plusieurs genres littéraires (roman, conte, théâtre, nouvelle, poésie). Il a d’ailleurs été primé dans chacun de ses genres littéraires.

La poésie, où il a le plus d’œuvres éditées, est le genre de prédilection de Jacques Prosper Bazié. Il l’utilise d’ailleurs comme une arme de lutte. Cet écrivain talentueux à qui le CIRC’ART rend hommage s’est très tôt intéressé à la vie associative. Il a, entre autres, été membre fondateur de l’union des gens de lettres du Burkina (UGEL) et de la Mutuelle pour l’Union et la solidarité des écrivains. Malgré ses multiples responsabilités dans l’administration publique, l’homme s’est tout au long de sa vie, engagé dans plusieurs associations comme le Cercle littéraire et artistique lire et écrire, la Société des auteurs, des gens de l’écrit et des savoirs… M. Bazié a été trois fois lauréat du Grand prix national des arts et des lettres (GPNAL) de la Semaine nationale de la culture (SNC). Il a été sacré « Artiste du peuple et artiste du cinquantenaire » lors de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance du Burkina en 2010. Il a vécu de 1955 au 30 septembre 2014. 

 

Source : Fasozine.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici