Poème : « Magnificat » de Marie Mechtilde Guirma

85
Poème : « Magnificat » de Marie Mechtilde Guirma

« Magnificat », est le cri de cœur de la poétesse Marie Mechtilde Guirma. Un poème de béatitudes, de reconnaissance à Dieu pour ses grâces, mais aussi une louange à celui qui est « l’infini, Seule Vérité ». Psalmodier !

MAGNIFICAT.

Dieu ! Je Te loue pour m’avoir fait croyant

Bénis ta miséricorde à mon endroit

T’adores parc que Tu es patient

Ta toute puissance fredonner à tout droit

Seigneur c’est le signe que Tu es partout et parfait.

Le monde a convulsionné trois fois

La première s’adressait à nos Ancêtres

Ils n’avaient en toi que la seule foi

Ils n’avaient aucune idée de ton Être.

Seigneur Tu es l’Un, Tu es l’Absolu, Lui-même, tout à fait.

Au tour de sa deuxième rotation

L’athéisme et le scientisme de la science

Furent ses plus immondes libations

Abjuré, Tu restes Même : L’OMINISCIENCE.

C’était ton incarnation mal perçue dans les Cités.

Sa dernière et pathétique fois

Avec un chaos ténébreux et écliptique

Il s’asphyxie, cherche encore sa voie

Dans une tourmente apocalyptique.

Toi Source, Souffle de vie, Lumière dans ton unicité.

Terre ! Mère des Nations au réveil

Pense donc à ta nouvelle maternité

« Âme » de vie, épouse du « Soleil »

Magnifie du Très Haut, la Sainte Trinité :

« Gloire à Dieu, l’infini, Seule Vérité

Paix aux Hommes, de lui l’image consacrée

Victoire sur la terre, Par lui la vie est sacrée ».

C’est l’annonce, Mon Seigneur de ton retour mérité.

Marie Mechtilde Guirma

(Paru pour la première fois dans « Le Pays N° 825 du 25 janvier 1995 p.8)

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici