PNSR 2 : Les organisations professionnelles se préparent

20

La région des Hauts-Bassins a abrité ce vendredi 14 Avril 2017, un atelier régional préparatoire de la participation des organisations professionnelles agricoles aux ateliers d’élaboration des plans opérationnels régionaux de la phase 2 du Programme National du Secteur Rural (PNSR). Cet atelier est rendu possible grâce aux partenaires techniques et financiers Oxfam Burkina, Christian Aid et Hub Rural.

Cet atelier est organisé en vue de présenter une note contributive des Organisations Professionnelles Agricoles et des OSC pour la formulation du second programme national du secteur rural. Le PNSR 2011 – 2015 qui est la traduction nationale du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) n’a pas satisfait les attentes du monde rural au Burkina Faso.

 

Etant convaincus que le programme national du secteur rural 1 écoulé n’a pas atteint les résultats escomptés pour permettre au secteur rural de relever le défi du développement, il incombe aux acteurs du monde rural d’approfondir la réflexion afin de permettre au PNSR2 en formulation d’être à la hauteur des attentes.

 

« Le secteur de l’agriculture est une composante essentielle de l’économie de la région et mérite l’implication des acteurs et la formulation des politiques et programmes adéquats pour un développement durable », a souligné Oumarou Kaboré, le conseiller technique du Gouverneur de la région des Hauts-Bassins.

PNSR 2 : Les organisations professionnelles se préparentLa déclinaison dudit programme au niveau régional, permettra la prise en compte des préoccupations et les attentes des régions. Dans le cadre de sa formulation, le gouvernement a prévu de le régionaliser dans les 13 régions administratives du Burkina Faso. Ainsi, le PNSR vise à renforcer les bases d’un développement rural durable, générateur d’une croissance forte et soutenue dudit secteur en vue de lutter efficacement contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire au Burkina Faso.
« L’atteinte des résultats tangibles et visibles passe nécessairement par l’implication des acteurs de terrain qui définiront les grandes orientations sur lesquelles le programme s’appesantira », témoigne Bassiaka Dao, le président de la Confédération paysanne du Faso. L’atelier a vu la participation des autorités de la région et des représentants de sept régions du Burkina.

 

Au-delà de l’horizon temporel, le futur programme dans sa vision devra veiller à « assurer durablement la sécurité et la souveraineté alimentaire et nutritionnelle aux populations à l’horizon 2030 basées sur l’exploitation agricole familiale ».

Burkina24

Burkina24.com