PNDES : Programme d’urgence pour la relance industrielle

76


Dans la matinée du mardi 13 février 2018 s’est tenu à Ouagadougou, un atelier pour la présentation et la validation du Programme d’urgence pour la relance industrielle au Burkina Faso. Ce programme devrait permettre la création de 83.500 emplois directs.

Le programme d’urgence pour la relance industrielle vise à permettre au gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs privés ainsi que les partenaires techniques et financiers autour d’objectifs à savoir la création d’emplois en vue de réduire la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des Burkinabè.

L’ambition étant de porter le taux de croissance des produits agricoles, de 12% en 2015 à 25% en 2020, ce document est aussi un instrument d’opérationnalisation de la politique du secteur de planification intitulée Transformation Industrielle et Artisanale.

Les secteurs prioritaires qui ont été sélectionnés sur la base de leur potentiel d’emploi, de la disponibilité de matières premières et de leur potentiel en matière d’exportation. Il s’agit des filières bétail-viande, coton-textile, carrière-matériaux de construction, fruits et légumes.

Les résultats attendus du programme d’urgence sont la création de 83.500 emplois directs et  620.000 emplois indirects grâce au développement.

Selon le conseiller spécial du Premier Ministre, le Pr. Mahamadou Diarra, l’objectif de cet atelier est de finaliser le document du programme. Pour lui, il n’y a pas 36 solutions pour réduire la pauvreté des populations. De ce fait, il est nécessaire de créer des emplois décents à travers la création d’unités manufacturières.

Elaboré l’an dernier par des experts, le document sera présenté au cours de l’atelier à l’ensemble des départements ministériels concernés en vue de sa validation. Selon le conseiller spécial du Premier Ministre, « de façon précise, il est demandé aux participants des départements ministériels de voir la réalité des informations qui y figurent et d’envisager la faisabilité et la mise en œuvre du programme ».

Quant au Secrétaire Général et représentant du Premier Ministre, Bamori Ouattara le document de relance industrielle précise davantage les orientations du gouvernement qui a pour but de faire du Burkina un pays émergent grâce à l’essor d’un secteur industriel compétitif.

« Le programme d’urgence vise premièrement à accroitre le taux de transformation des produits locaux. Deuxièmement, créer des emplois décents. Troisièmement,  diversifier et accroitre les exportations manufacturières, et quatrièmement réduire le degré de dépendance du Burkina Faso en matière d’importation », explique Bamori Ouattara.

Inscrit dans le PNDES, explique toujours Bamori Ouattara, le programme préconise de dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie. Aussi, permettra-t-il la réalisation du deuxième objectif spécifique de l’axe 3 du PNDES qui est  de dynamiser les filières à forts potentiels de création de richesses à travers la transformation des matières premières.

Le programme devrait réduire les importations  et améliorer la balance commerciale du Burkina Faso qui est déjà déficitaire.

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com