PNDES : L’Union européenne n’a pas oublié sa promesse

107

Dans son allocution au cours d’une réception organisée pour commémorer la journée de l’Europe ce mardi 9 mai 2017, le chef de la délégation  Jean Lamy a rappelé que l’Union européenne (UE) n’a pas oublié sa promesse de contribuer à financer le Plan national de développement économique et social (PNDES) à hauteur de 524 milliards de F CFA sur les cinq prochaines années.

 « Le plus gros contributeur financier du Burkina Faso » a fêté ses 60 ans d’existence ce 9 mai. La délégation européenne présente au Burkina Faso n’a pas dérogé à la règle. L’heure était aux réjouissances, jusqu’à ce que le chef de la délégation prenne la parole pour déplorer le vacillement de l’UE « deuxième économie mondiale » soixante ans après sa création.

« L’Europe apparait à la croisée des chemins où elle s’interroge sur son destin et sur sa raison d’être », a déclaré Jean Lamy. Il a non seulement relevé les scores records de l’extrême droite aux élections (législatives remportées par le parti libéral au Pays Bas en mars), le Brexit. Seule l’élection d’Emmanuel Macron en France  l’a réjoui. Ce choix, caricature Jean Lamy, c’est celui « d’une France dans l’Europe, ouverte sur le monde, qui croit dans le projet européen ».

Tous ces événements sont le signe selon lui que « l’Europe perd quand elle devient une abstraction » et qu’elle « gagne quand elle redevient concrète, proche des préoccupations des citoyens, reste ouverte au monde ». Malgré les tumultueuses étapes qui la font vaciller, « l’Europe est un multiplicateur d’efficacité avec ses partenaires dans le reste du monde », dit-il.

Les officiels à la commémoration de la journée de l’Europe

La contribution de l’UE dans l’aide extérieure reçue par le Burkina Faso est une illustration parmi tant d’autres, selon lui. « Ensemble, l’aide de l’Union européenne représente bon an mal an plus de 40% du total de l’aide extérieure ce qui fait de notre union un partenaire majeur du pays », a soulevé l’ambassadeur.

Mais, pour l’hôte de la soirée, il y a un seul chiffre à retenir. Il s’agit de la promesse faite lors de la conférence de Paris par le commissaire au développement de l’Union qui a annoncé « la disponibilité de l’UE à appuyer le PNDES au fur et à mesure pendant 5 ans à hauteur de 800 millions d’euros (524 milliards de FCFA) ».

Ce qui importe, a déclaré le diplomate, c’est que l’aide soit dispensée d’une façon qui permette d’accompagner les réformes du gouvernement pour atteindre les résultats recherchés. Jean Lamy a été on ne peut un peu plus clair à l’endroit de ses invités membres de l’exécutif burkinabè. « Pour cela, le comment importe autant que le combien (et d’ailleurs, le combien, qui est fluctuant, dépend aussi largement du comment) ».

Le ministre des affaires étrangères Alpha Barry plaide quant à lui pour qu’il y ait « des investissements encore plus élevés » pour limiter les risques pour les deux parties.  Ces risques c’est soit les « jeunes tombent dans les mains des terroristes ou ils prennent la route de l’Europe  en passant par le désert, la méditerranée ». Ces investissements a conclu Alpha Barry serviront à « investir en Afrique pour que les jeunes, les femmes, tout le monde soit fixé sur place ».

Toujours dans le cadre de la commémoration de la journée de l’Europe, un match de foot Europe-Burkina est prévu pour ce samedi 13 mai à 9h au centre sportif de la BECEAO. Cet événement sera précédé par le début d’une « nouvelle semaine du cinéma européen » à partir du vendredi 12 mai et qui verra la projection de « Félicité » d’Alain Gomis, Yennega d’or du FESPACO 2017. L’ambassadeur a terminé son discours par souhaiter à tous la «félicité » malgré les difficultés et à avancer avec optimisme.

Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com