PNDES : « Il ne s’agissait pas de donner des sacs pleins de dollars ou d’euros »

55

Malgré le climat social tendu et le contexte international, près de 51% de Burkinabè interrogés restent confiants. Ce chiffre est du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) cité par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba sur la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Les mots sont optimistes le lundi 19 juin 2017 lorsque le Premier ministre aborde la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), la «voie pour changer structurellement et durablement l’économie ».

A la conférence de Paris, rappelle le Premier ministre, il s’agit d’intention de financement. Du moment où la conférence de Paris est terminée et que les partenaires ont manifesté leur confiance au gouvernement, indique-t-il. C’est la seconde phase qui s’ouvre à savoir, la constitution et l’identification de projets qui peuvent être financés et le Burkina est dans cette  phase, précise Paul Kaba Thiéba.

Paul Kaba Thiéba réexplique le PNDES

« Il faudrait que les Burkinabè comprennent que les conclusions de la conférence de Paris, il ne s’agissait pas de donner au gouvernement du Burkina Faso, des sacs pleins de dollars ou d’euros que nous amènerons ici après la conférence.

C’est à nous d’accélérer les études de faisabilité de nos projets au niveau de l’Etat et du secteur privé pour aller dialoguer avec les organismes qui ont manifesté leur volonté de nous soutenir afin que nous puissions maintenant concrétiser ses investissements (…). Il ne faudrait pas que nos compatriotes confondent les intentions de financements avec les décaissements ».

Le Chef du gouvernement a foi au PNDES. Aux empressés, Paul Kaba Thiéba rassure : « Je comprends l’impatience de certains de nos compatriotes. Je voudrais les inviter à faire confiance au Gouvernement et à sa capacité à réaliser notre espérance, le PNDES ». Et dit-il, c’est pourquoi le gouvernement a besoin de concentrer son attention et ses efforts.

« Là où il y a une ambition collective, un défi patriotique à relever, c’est la réalisation du PNDES ! », indique le Premier ministre. Mais selon lui, au lieu de cela, « il y a une déperdition d’énergie autour d’intérêts catégoriels qui font qu’on a même pas l’impression que certains sont conscients des enjeux de la mise en œuvre du PNDES », commente Paul Kaba Thiéba.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Burkina24.com