PNDES : Comment porter la contribution du sport à 10 % ?

36

PNDES : Comment porter la contribution du sport à 10 % ?

Comment permettre au secteur du sport et loisirs de contribuer substantiellement à l’économie nationale ? Pour répondre à cette question, des athlètes, des responsables de fédérations, de ligues, de districts, de clubs, sur initiative de leur département de tutelle, se retrouvent du 18 au 20 juin 2018 à Ouagadougou.

PNDES : Comment porter la contribution du sport à 10 % ?« L’amélioration de la contribution du sport et des loisirs à la croissance de l’économie nationale », c’est sous ce thème que se tient la rencontre de Ouagadougou. En effet, pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), la part contributive du sport et des loisirs est de 10 %. Mais force est de constater que ce secteur peine à remplir ce quota.

PNDES : Comment porter la contribution du sport à 10 % ?C’est donc pour permettre au département du sport et des loisirs d’atteindre cet objectif que sont réunis près de 400 acteurs dans la capitale burkinabè. Pour Daouda Azoupiou, ministre des Sports et des Loisirs, cette rencontre « offre une occasion d’envisager les voies et moyens de la réalisation des objectifs qui sont assez élevés. En effet, il est attendu de nous de conduire les mutualisations organisationnelles, institutionnelles et fonctionnelles pour atteindre un taux de 10% comme contribution de notre domaine à la croissance de l’économie nationale ».

PNDES : Comment porter la contribution du sport à 10 % ?« Ces objectifs, faut-il le rappeler, matérialisent une vision et une ferme volonté de moderniser la gestion du domaine, de créer un environnement propice à l’investissement, de diversifier les sources et de renforcer le financement des activités. En somme, il s’agit de favoriser, à terme, une émulation entre les fédérations, en réunissant les conditions afin que les plus dynamiques puissent se prévaloir d’une plus grande capacité économique, d’une plus grande autonomie financière et surtout, d’une capacité à assumer un accroissement conséquent des pratiques », a ajouté le ministre.

Durant ces trois jours, les participants vont travailler en commissions et en plénières. Ils auront également droit à des conférences animées par des experts de l’économie, du marketing et de la médecine du sport.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Lefaso.net