Plus de 40 millions de déplacés dans le monde

25
Refugies270615400

Le Rapport mondial sur les personnes déplacées 2019 (GRID 2019) indique que 40 millions de personnes ont été déplacées dans le monde en 2018.

Les conflits dans certains pays africains et les catastrophes ont contribué de manière significative à ce nombre.

Le Internal Displacement Display Monitoring centre et le Norwegian Refugee Council (Conseil norvégien pour les réfugiés) qui ont produit le rapport font qu’il s’agit du plus grand nombre de personnes déplacées que le monde ait jamais connu.

Le rapport indique que les conflits, la violence et les catastrophes dont le monde a été témoin l’année dernière ont forcé 28 millions de personnes à fuir leurs foyers vers d’autres parties de leur propre pays.

Il s’agit d’une augmentation de plus d’un million depuis la fin de 2017 et des deux tiers de plus que le nombre total de réfugiés dans le monde.

Les chiffres les plus élevés ont été enregistrés en République démocratique du Congo et en Syrie, où les conflits font rage depuis des années.

L’Éthiopie arrive également en tête de liste avec près de trois millions de personnes nouvellement déplacées au cours de l’année écoulée, la plupart fuyant la violence ethnique.

A l’échelle mondiale, des catastrophes naturelles comme les cyclones tropicaux, les inondations causées par la mousson, les incendies de forêt et la sécheresse ont également provoqué le déplacement de millions de personnes dans des pays comme la Chine, l’Inde et les Philippines.

« Les conclusions de ce rapport sont un signal d’alarme pour les dirigeants du monde entier. Des millions de personnes forcées de fuir leur foyer l’année dernière sont en train de souffrir à cause d’une gouvernance inefficace à l’échelle nationale et d’une diplomatie internationale inefficace », a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés.

« Parce qu’ils n’ont pas franchi une frontière, ils ne reçoivent pas une bonne attention. Toutes les personnes déplacées ont droit à une protection et la communauté internationale a le devoir de l’assurer », a ajouté M. Egeland.

Source : Camerounweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici