Plateforme U-Report : Plaidoyer à la présidence du Faso

48

Le Réseau des organisations des jeunes leaders africains des Nations unies pour les Objectifs du développement durable-Réseau du Burkina Faso (ROJALNU-ODD/BF) a organisé, le mardi 10 avril 2018 à Ouagadougou, un plaidoyer auprès des conseillers et des chargés d’études de la présidence du Faso sur leur plateforme U-Report.
Plateforme de dialogue interactif entre les jeunes et adolescents, U-Report existe au Burkina Faso. Lancée en mars 2016, sous l’égide du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), elle regroupe actuellement 35 000 personnes avec en perspective 100 000 adhérents pour une meilleure représentativité de ce public cible. C’est dans le but de faire connaitre la plateforme que le Réseau des organisations des jeunes leaders africains des Nations unies pour les Objectifs du développement durable-Réseau du Burkina Faso (ROJALNU-ODD/BF) a organisé, le mardi 10 avril 2018 à Ouagadougou, un plaidoyer auprès des conseillers et des chargés d’études de la présidence du Faso. En plus des collaborateurs du président du Faso, il y avait aussi des députés et assistants parlementaires.  L’objectif de la présente rencontre de présentation et de plaidoyer, a indiqué le président du ROJALNU-ODD/BF, Dakiri Sawadogo est de faire connaître le projet U-Report comme un outil d’aide à la décision en faveur de la jeunesse dans les politiques publiques de développement. Au nom des jeunes du Burkina Faso, il a traduit sa gratitude au président du Faso et à tous ses collaborateurs venus s’imprégner du fonctionnement de la plateforme. Pour le directeur de cabinet du président du Faso, Seydou Zagré, cette plateforme est un outil qui permet aux décideurs, à partir des points de vue et des opinions des jeunes, de prendre la mesure des choses et éventuellement de voir s’il y a des informations à donner, des explications à fournir ou des indications pour une meilleure compréhension des politiques publiques et des actes de gouvernance qui sont posés au quotidien. Pour lui, cette rencontre est une opportunité pour faire connaître davantage la plateforme aux collaborateurs du chef de l’Etat, aux parlementaires et à tous les autres décideurs pour une juste appréciation des points de vue et des opinions des jeunes et des adolescents burkinabè. L’UNICEF intervient principalement dans la question de l’enfance. Mais entre l’enfance, l’adolescence et la jeunesse, il existe des passerelles, d’où l’implication de l’UNICEF pour la mise en œuvre de cette plateforme, a relevé le représentant de la représentante résident de l’UNICEF, Moumouni Sanogo.
Yves OUEDRAOGO

sidwaya.bf