Planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural : Un atelier pour présenter les résultats du projet

122
Planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural : Un atelier pour présenter les résultats du projet

Le Burkina Faso est confronté à de nombreux défis dans la gestion de ses ressources en eau. De ce fait, il fait partie des premiers pays à s’être engagés dans les réformes pour permettre la mise en œuvre de la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE). Ces ressources étant soumises à une pression croissante pour des usages multiples et concurrentiels, créant une raréfaction, il a été mis sur pied le Projet de planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural au Burkina Faso (PP4MIS) par l’International Water Management Institute (IWMI) pour favoriser l’élaboration de politiques et l’amélioration de la gestion communautaire des ressources en eau dans la Boucle du Mouhoun, le Sud-ouest et les Hauts-bassins. Ainsi, arrivé à terme, après trois ans d’existence, l’International Water Management Institute a saisi l’occasion de sa clôture pour présenter ses résultats à ses partenaires à travers un atelier le lundi 11 novembre 2019 à l’hôtel des conférences de Ouagadougou.

Les conditions d’accès à l’eau et l’absence d’une définition claire des droits relatifs aux ressources en eau au niveau local sont à l’origine de conflits occasionnels entre usagers de l’eau. Par ailleurs, les activités telles que l’agriculture et l’orpaillage portent atteinte à la qualité des ressources.

Face à cette situation, l’Etat burkinabè, depuis 2000, a entrepris des réformes des cadres réglementaires, politiques et institutionnels. Cependant, elles connaissent des insuffisances notamment dans la prise en compte des contextes socioculturels et politiques que sont la faiblesse des institutions, le manque de compréhension par les usagers de l’eau, l’accès insuffisant à l’information et à la prise de décision en particulier pour les femmes et le manque de modèles de financements viables pour assurer la durabilité des institutions locales.


Pour résoudre ces lacunes, il a été créé deux institutions en charge de la gestion de l’eau au niveau local que sont les comités locaux de l’eau (CLE) qui sont définis comme des « maillons de base du cadre institutionnel de la GIRE impliquant l’administration au niveau déconcentré, les collectivités territoriales et les usagers de l’eau », et les associations des usagers de l’eau (AUE) au niveau des villages qui permettent un transfert de la gestion des ressources hydrauliques fournissant l’eau potable aux municipalités.


Face à ces constats, l’International Water Management Institute a mis en œuvre le projet de recherche « Planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural au Burkina Faso » avec ses partenaires, l’Agence de l’Eau du Mouhoun, le programme de Master Agrinovia de l’Université Pr. Joseph Ki-Zerbo et l’Université Technique de Vienne. D’une durée de 3ans (septembre 2016-novembre 2019), le projet a permis de renforcer les institutions en charge de la gestion intégrée des ressources en eau, favoriser l’élaboration des politiques de gestion de l’eau et améliorer la gestion communautaire des ressources en eau.

Le projet est intervenu dans 3 régions du Burkina Faso que sont la Boucle Mouhoun, le Sud-ouest et les Hauts-bassins, avec cette question principale comme ligne d’action : « comment les réformes de la GIRE peuvent-elles être adaptées pour accroître l’efficacité et la viabilité de la gestion de l’eau et améliorer la sécurité des moyens de subsistances des populations rurales pour la participation accrue des acteurs locaux ? ».


Il aura également aidé à la réalisation d’activités de communication à la destination du grand public, à de nombreuses activités de sensibilisations au bénéfices des usagers et espaces de gestions ainsi qu’à l’élaboration d’un guide méthodologique à destination des agences de l’eau. Il a également touché les autres Agences de l’Eau et les services de la Police de l’Eau.

Juste Ephrem ZIO

Lefaso,net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici