Planification familiale : Sika Kaboré en campagne pour un changement social et comportemental

174

Planification familiale : Sika Kaboré en campagne pour un changement social et comportemental

La campagne « 100 jours pour convaincre sur la planification familiale » vise à contribuer, en 100 jours, à l’atteinte des objectifs de la stratégie nationale de communication pour le changement social et comportemental. Ladite campagne va concerner les villages et districts sanitaires de Houndé, Yako, Koupéla et Garango. C’est dans cette optique que la Première dame du Burkina s’est engagée à accompagner la mise en œuvre du projet « Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel » (SWEED).

« Aujourd’hui si nous sommes très nombreux et que la population continue de croître, l’Etat n’aura pas les moyens de suivre cette croissance et de mettre à la disposition de la population tous les services dont elle aura besoin », a déclaré la marraine, Sika Kaboré.
Selon elle, cette campagne va amener les femmes à adopter un comportement favorable à la planification familiale. « Nous considérons que pour pouvoir mieux servir son pays, une femme doit pouvoir choisir à quel moment concevoir et choisir le nombre d’enfants qu’elle veut avoir pour lui permettre de pouvoir vaquer à d’autres occupations génératrices de revenus », a-t-elle souligné.

Planification familiale : Sika Kaboré en campagne pour un changement social et comportemental
2- La cérémonie a connu la présence de plusieurs autorités et des fils et filles du Passoré.

Selon le coordonnateur du projet, Abdoul Karim Ouédraogo, la campagne de sensibilisation sera caractérisée par des conférences publiques et des prestations et offres de services de santé, notamment des dépistages du cancer du col de l’utérus, du cancer du sein et des offres gratuites de produits de contraception moderne. Cette campagne, a-t-il poursuivi, va permettre de faire un plaidoyer auprès des leaders coutumiers, religieux et les élus locaux en faveur de leur engagement, d’autant plus que la prévalence contraceptive moderne au niveau national est de 22,5%.

Considérant les régions d’intervention du projet, la prévalence dans les Hauts-Bassins est de 32,8% ; 21,1% dans le Nord ; 11,1% dans le Sahel et 22,3% dans la région du Centre-Est. Pour le ministre de la Santé, le lancement de cette campagne tient du fait qu’au Burkina, la situation de santé de la reproduction, et spécifiquement celle de la planification familiale, reste une préoccupation. « En effet les mortalités maternelles, infantiles et la fécondité restent des plus élevées en Afrique, ce qui peut compromettre l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD) », a-t-il dit.

En rappel, c’est dans la perspective de contribuer à améliorer la santé sexuelle et reproductive et la planification familiale et favoriser l’autonomisation de la femme et de la jeune fille, que le Burkina, à l’instar des autres pays dans lesquels intervient le projet SWEDD, a élaboré une stratégie nationale de communication pour le changement social et comportemental. La campagne de communication « 100 jours pour convaincre sur la planification familiale » fait partie de cette stratégie.

Amandine ILBOUDO (collaboratrice)

Lefaso.net