Philippe Ouédraogo : « La CODER veut nous mener en bateau ! »

195

Dans cette déclaration, le PDS/Mètba se prononce sur les activités de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER).

En octobre 2016, un attelage de sept partis d’opposition dont trois seulement (le CDP, l’ADF/RDA et le NAFA) étaient inscrits au CFOP, et un seul (Le Faso Autrement) avait pris part à l’insurrection d’octobre 2014, a créé la Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation nationale (CODER).

Son objectif proclamé était de forcer à la réconciliation nationale, pour que toutes les « victimes » de l’insurrection populaire retrouvent « leurs droits » politiques et soient indemnisés pour leurs biens perdus. Il a fallu que le Président du Faso souligne les préalables nécessaires de la vérité et de la justice pour qu’ils recadrent leur objectif et acceptent en apparence ces préalables.

Mais depuis, ignorant délibéremment le sort des victimes de la repression de l’insurrection (34 morts et plus de 600 blessés) et de la résistance au coup d’Etat de septembre 2015 (14 morts et plus d’une centaine de blessés), ils ont entamé une ronde des personnalités morales (chefs religieux et coutumiers) et politiques (Chef de file de l’opposition, Président du Faso, Président de l’Assemblée nationale) pour tenter de faire passer leur message et de lui donner une certaine honorabilité, sachant bien qu’aucun de leurs interlocuteurs ne peut refuser le principe de la réconciliation.

Le PDS/METBA pose les questions suivantes : qui doit-on réconcilier, pourquoi et comment ? Les responsables de la CODER, qui ont tous ou presque tous, participé jusqqu’à ses derniers jours, aux 27 ans de pouvoir monarchique de Blaise Compaoré, qui ont été, tous ou presque tous, les complices actifs de ses manœuvres pour s’éterniser au pouvoir, qui ont tous ou presque tous, applaudi au coup d’Etat sanglant de septembre 2015 du Général Diendéré qui visait la restauration pure et simple du régime Compaoré, se gardent de répondre clairement à ces questions de base !

D’ailleurs, quelle est la crédibilité des dirigeants de cette CODER, qui nie complètement le travail déjà accompli en vue de préparer les bonnes conditions pour une bonne réconciliation et l’unité du peuple burkinabé ? Car la CODER refuse de voir que le Collège des sages de 1999 en avait déjà balisé le terrain dans son rapport. Elle ferme volontairement les yeux sur les travaux de la Commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR) de 2015. Et même si elle lui a rendu une visite de courtoisie, elle recuse en fait le Haut Conseil de la réconciliation et de l’unité nationale (HCRUN) installée en 2016.

Son Président actuel, Gilbert Noël Ouédraogo, en dépit des décisions des instances de son parti (rencontre des militants à Ouahigouya le 30/01/2014, 15ème congrès des 14, 15 et 16 mars 2014, 2ème Forum national des femmes de l’ADF/RDA du 14/06/2014, Conseil national des sages de l’ADF/RDA à Fada les 18 et 19/10/2014) a été celui qui conduit ses députés à appuyer le projet de modification de l’article 37 de la Constitution par Blaise Compaoré. Après une longue disparition suite à la chute du régime Compaoré, il a ensuite entamé une vaste tournée des régions pour dit-il, « demander pardon » (pourquoi ? auprès de qui ?). Aujourd’hui, sans transition et sans véritable repentir, il veut forcer à la « réconciliation » !

Le 1er Président de la CODER, Ablassé Ouédraogo, célèbre par ses affirmations puériles du type « Je suis moaga, musulman et du Plateau central, donc la majorité du peuple me votera ! », est celui qui, très friand des micros, a toujours semblé ignorer cette sagesse africaine qui recommande de toujours penser avant de parler, au risque de sortir des bêtises.

C’est lui qui, bruyamment et contre l’avis du CFOP dont il était pourtant membre, a défendu le principe de la négociation avec le Général Diendéré lorsque celui-ci, après son coup d’Etat sanglant de septembre 2015 s’est proclamé président du Conseil national pour la démocratie (CND). Plus tard, il a prétendu obtenir du Conseil constitutionnel la radiation de la candidature à la présidence du Faso de Roch Marc Christian Kaboré, avant de faire en vain des pieds et des mains pour rentrer dans les bonnes grâces de ce dernier lorsqu’il a été élu.

Le président par intérim du CDP, Achille Tapsoba, lui, comme ses compagnons de parti (Léonce Koné et autres), n’a rien oublié de son alignement avec Blaise Compaoré et ne rêve que du retour de son mentor sur le trône perdu et de la restauration pure et simple du régime qui a fait de lui, durant ses 27 ans de règne, ce qu’il a été avant le 30 octobre 2014.

Est-ce avec ces hommes qui veulent « enjamber » sans aucune considération, les victimes de l’insurrection d’octobre 2014, les morts et les blessés de septembre 2015, que l’on peut aller à la réconciliation nationale, avant même qu’ils aient reconnu et avoué leurs responsabilités dans la mauvaise gouvernance, les crimes de sang et les crimes politiques qui ont tâché notre histoire récente ? De tels hommes sont-ils fondés à parler de réconciliation nationale, eux qui ont si longtemps, royalement ignoré et méprisé les souffrances et la misère du peuple ?

Le PDS/ETBA estime qu’en allant visiter Blaise Compaoré dans son refuge doré d’Abidjan le 11 avril dernier, en s’exhibant fièrement avec lui, en en rendant compte de façon dithyrambique, en racontant que Blaise Compaoré a « pardonné » (à qui ? pourquoi ?) et ne pense qu’à l’unité du peuple, en proférant des menaces contre le peuple au cas où celui-ci refuserait le pardon de Blaise, ils ont clairement montré à la fois leurs intentions véritables et leur nature réelle.

Ce sont tous, sans exception, des nostalgiques du régime de Blaise Compaoré, qui ne veulent que sa restauration, et se mettent clairement à son service pour sa réhabilitation, contre les intérêts de notre peuple !

Peuple du Burkina Faso, hommes et femmes de toutes les couches sociales de notre pays,

Usant de leurs droits démocratiques restaurés à la faveur de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et des élections de novembre 2015, ces mêmes gens vont se présenter le 29 avril prochain, comme des démocrates soucieux de l’avenir du peuple. Pour cela, ils vont se rallier d’autres personnalités de l’opposition qui n’ont pas encore les mêmes objectifs de restauration de l’ancien régime. Ensemble, Ils vont tenter de nous tromper en peignant en noir la situation de notre pays, comme si l’on pouvait d’un coup de baquette magique, changer en 12 mois une situation qu’ils ont largement contribué à dégrader durant 27 ans par leur mauvaise gouvernance et leurs pillages.

Après avoir vainement essayé de déstabiliser le pouvoir actuel par toutes sortes de déclarations alarmistes, en lui imputant même les crimes des terroristes, ils voudraient maintenant, avec ce type de manifestation, mettre en oeuvre une nouvelle stratégie pour s’en prendre plus directement et globalement aux institutions du pays !

Mais le PDS/METBA sait que la démocratie et la liberté en vigueur, ne sont pas réservées seulement à la minorité qui veut déstabiliser le pouvoir. Elles sont faites pour tous les citoyens, et leur exercice n’a jamais nui ni à la conscience, ni à la vigilance du peuple, bien au contraire !

Restons donc vigilants quant aux manœuvres de tous ceux qui veulent mener le peuple en bateau, en lui parlant du matin au soir de « réconciliation nationale » !

Peuple du Burkina Faso,

Ne nous laissons pas abuser par ces charlatans du pardon et de la réconciliation ni par leur commanditaire. Ils doivent chacun rendre compte au peuple des méfaits qu’ils lui ont causés. Nous jugerons de leur sincérité à l’égard du peuple en considérant leur attitude lors des différents procès qui sont programmés pour démarrer bientôt, et qu’ils auraient bien voulu pouvoir escamoter.

Avec le PDS/METBA, exigeons d’eux qu’ils disent toute la vérité avant de se repentir sincèrement des torts qu’ils ont causés à notre peuple, avant de demander la réconciliation. Il faut qu’ils sachent que le peuple ne se laissera plus berner et que même s’il accepte la réconciliation, après la vérité et la justice, il restera toujours vigilant à l’égard de tous ceux qui ont foulé aux pieds ses droits à la liberté, à la démocratie et à l’égalité.

Ouagadougou le 19 avril 2017

Pour le Bureau Exécutif National du PDS/METBA

Le Président

Philippe OUEDRAOGO

Burkina24.com