Petit séminaire Saint-Paul de Tionkuy : La 42e promotion revient sur ses traces

87
Petit séminaire Saint-Paul de Tionkuy : La 42e promotion revient sur ses traces

La promotion de 2003 du Petit séminaire Saint-Paul de Tionkuy, dans un élan de solidarité et de redevabilité, a rendu visite, du 6 au 7 septembre 2019, aux actuels responsables du séminaire. Cette maison de formation spirituelle et intellectuelle du diocèse de Dédougou a formé de nombreux prêtres et cadres du Burkina Faso.

Du 6 au 7 septembre 2019, la 42e promotion du Petit séminaire Saint-Paul de Tionkuy a décidé de retourner voir, dans un élan de redevabilité, l’établissement qui a contribué à forger en eux les qualités spirituelles, intellectuelles et humaines. Conduite par Justin Kientega, la délégation était constituée d’un prêtre et de quatre laïcs. Pour les visiteurs du jour, « la cité du cavalier » (nom donné au Petit séminaire de Tionkuy et inspiré de son Saint patron, Saint Paul de Tarse) est la maison qui a été à la genèse de leur formation intégrale.

Pour cette raison, la visite en ce mois de septembre, à l’orée de la rentrée scolaire 2019-2020 des séminaristes et du personnel de soutien, a un double objectif : la promotion veut d’une part traduire sa reconnaissance au corps professoral et, d’autre part, faire un « modeste don » aux cuisinières qui ont participé à leur restauration durant leurs cursus scolaire au Petit séminaire de Tionkuy.


Cette solidarité inspirée d’un passage biblique (Marc 12, 41-44) se veut un geste pour stimuler les autres promotions à se souvenir de Tionkuy et des personnes qui ont contribué à leur formation. C’est ce que confirme Justin Kientega quand il dit : « Notre venue à Tionkuy s’inscrit comme un retour à la source. Cette visite est vraiment le début d’une chaîne d’activités que nous comptons mener. Elle est également un signal fort, une saine émulation que nous voulons lancer à l’endroit de tous ceux qui sont passés par le séminaire de Tionkuy afin que nous n’oublions pas d’où nous venons, afin que nous n’oublions pas ceux qui nous ont permis de devenir ceux que nous sommes aujourd’hui. » Les bénéficiaires directs de cette chaîne de solidarité que sont les cuisinières étaient très heureuses de revoir les visiteurs qu’elles ont vu grandir.

La doyenne des cuisinières, affectueusement appelée Maria, aujourd’hui à la retraite et qui a vu plusieurs générations passer au séminaire, a pris la parole, les larmes aux yeux, au nom de Marceline et de feue Florentine, pour exprimer sa satisfaction en ces mots : « Nous vous disons merci d’avoir pensé à nous. L’esprit qui vous a poussé à venir leur rendre visite et à leur apporter ce que vous avez est bon. Nous prions Dieu afin qu’il fasse perdurer cet esprit et qu’il vous bénisse. Que partout où vous irez, que le Seigneur vous donne ce qu’il faut, (…) qu’il bénisse vos projets afin que vous pensiez de temps en temps à elles et que, par vous, d’autres également puissent penser à elles. »


Le geste de la promotion de 2003 a été saluée par le vicaire général du diocèse de Dédougou, par ailleurs directeur du Petit séminaire Saint-Paul de Tionkuy : « D’abord, on dit toujours qu’on revient sur ses pas. La nature aime repasser là où on a déjà passé en faisant du bien. On vous remercie d’être venus sur vos pas, surtout quand vous avez des attentions comme celles-là, qui ne sont pas fréquentes. Il n’y a pas beaucoup de promotions à être revenues comme ça. Saluer individuellement, on en voit ; mais de façon organisée, avec un but précis comme celui-là, c’est un peu plus rare. Ce n’est pas pour dire que des gens ne font pas des choses, peut-être même que c’est dans l’anonymat. Ça traduit aussi toute l’humanité que vous avez-vous en vous. Et ça, c’est intéressant. On vous félicite pour cela. La reconnaissance est un sentiment qui fait applaudir. Alors, on vous applaudit. »[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

D. LAWALI

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici