Parlements africains : Les syndicats des personnels en conclave à Ouagadougou

76

Parlements africains : Les syndicats des personnels en conclave à Ouagadougou

Après les premières assises tenues à Cotonou au Bénin en 2015, Ouagadougou accueille les syndicats des personnels des parlements africains. Huit pays ont répondu présent à cette rencontre intersyndicale : le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Niger, le Sénégal, le Togo, la Mali, la Guinée-Conakry et bien entendu le Burkina qui est le pays hôte. 72 heures durant, les participants vont réfléchir sur la « Contribution des syndicats des personnels des parlements à l’édification d’administrations au service des missions des parlements ». Ces 2e assises devraient permettre d’identifier les axes d’intervention des syndicats des parlements africains.

Toute chose qui permettra aux institutions parlementaires d’atteindre leurs objectifs, tout en préservant les intérêts des travailleurs. Car, il est souvent reproché à parlements du continent d’être des caisses de résonnance de l’exécutif, mais aussi et surtout inutilement budgétivore. « Si ces avatars sont souvent le fruit d’analyses précipités et même souvent erronées, ils demeurent des sujets interpellateurs non seulement des parlementaires, mais aussi du personnel administratif qui anime laborieusement au quotidien ces institutions », soutient Albert Kambiré, le Secrétaire général du Syndicat autonome du personnel de l’administration parlementaire (SYNAPAP) du Burkina, par ailleurs président du comité d’organisation de ces 2e assises.

Parlements africains : Les syndicats des personnels en conclave à Ouagadougou
Le présidium de la cérémonie d’ouverture

C’est connu. Les institutions parlementaires ne peuvent s’acquitter de leurs missions constitutionnelles sans administrations parlementaires formées, disponibles et dévouées, d’où la nécessité pour les politiques qui dirigent ces structures d’œuvrer à l’émergence de véritables administrations parlementaires en Afrique subsaharienne. C’est pourquoi, le président de l’Assemblée nationale du Burkina a salué, au nom de ses pairs, la tenue d’une telle rencontre qui permettra aux personnels de mieux comprendre leurs droits et devoirs dans l’accomplissement de leurs missions. « En retrait mais en appui, effacés mais présents, vous êtes toujours là, à chaque fois que le législateur a voulu voter une loi ou contrôler l’action du gouvernement. Je puis vous assurer au nom de tous les pairs que nous mesurons le poids de la tâche qui est la vôtre et nous vous sommes grandement reconnaissants », a reconnu Alassane Bala Sakandé, dans son discours d’ouverture officielle de la rencontre.

« Ayez toujours à l’esprit que vous servez dans des institutions républicaines »
« Je fonde l’espoir que dans le cadre d’une coopération intersyndicale africaine renforcée, vous parveniez à des résolutions audacieuses et concrètes qui vous engagent résolument sur la voie du professionnalisme, de l’efficacité et de l’excellence. Dans cette perspective, je salue l’avènement de la confédération des syndicats des personnels des parlements africains », a poursuivi Alassane Bala Sakandé.

Parlements africains : Les syndicats des personnels en conclave à Ouagadougou
Alassane Sakandé entouré des membres des délégations étrangères

« Ayez toujours à l’esprit que vous servez dans des institutions républicaines et non dans des entreprises privées où c’est le capital contre la liberté, le droit contre la propriété. Faites valoir vos compétences aux côtés du législateur qui est appelé à concilier ce qui convient aux principes et ce qui convient aux circonstances pour le bonheur de l’intérêt général », a-t-il rappelé avant d’encourager les participants à murir la réflexion sur une plateforme de partage d’expériences et de bonnes pratiques.

Cela serait un moyen efficace de communication et de circulation de l’information parlementaire entre les administrations et les membres de la Confédération des syndicats des personnels des parlements africains. Car, tous sont confrontés aux mêmes difficultés et aux mêmes réalités, d’où l’intérêt d’aller vers des approches concertées et à une vulgarisation des meilleures stratégies et moyens d’actions. « C’est ainsi que vous parviendrez à matérialiser un des objectifs de vos statuts qui est d’œuvrer au renforcement et à l’élévation de la conscience professionnelle de vos membres », a conclu le président du parlement burkinabè.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Lefaso.net