Paludisme : Novartis annonce plus de 50 milliards de F CFA d’investissement

68

L’entreprise pharmaceutique Novartis annonce un investissement de plus de 53 milliards de F CFA (plus de 100 millions de dollars) dans la recherche contre le paludisme sur les cinq prochaines années.

Le groupe pharmaceutique Novartis a pris un nouvel engagement sur cinq ans. « L’entreprise s’apprête à investir plus de 100 millions de dollars afin de faire progresser la recherche et le développement de nouveaux antipaludiques au cours des cinq prochaines années », peut-on lire dans un communiqué de presse du groupe en date du 17 avril 2018.

Cet engagement a pour but de combattre le paludisme, conjointement à la 7e Initiative multilatérale sur le paludisme (MIM) et le sommet sur le paludisme de la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM).

Egalement, l’entreprise « lance une nouvelle étude africaine avec Elimination 8 et le programme KEMRI-Wellcome Trust sur la progression et les défis à relever en vue d’atteindre les objectifs d’élimination du paludisme en 2030 ».

Selon Vas Narasimhan, CEO de Novartis, «la résistance aux traitements représente la plus grande menace pour les progrès incroyables qui ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme au cours des 20 dernières années. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. C’est pourquoi nous nous engageons à faire progresser la recherche et le développement de nouvelles générations de traitements. Nous devons également faire en sorte que notre innovation atteigne ceux qui en ont le plus besoin, même ceux qui se trouvent dans les endroits les plus reculés».

Prix accessibles

A en croire le communiqué, Novartis pensera également aux pays pauvres. « L’entreprise mettra en place une stratégie de prix équitables visant à maximiser l’accès des patients dans les pays où le paludisme est endémique lorsque ces nouveaux traitements deviendront disponibles », peut-on lire.

Enfin, Novartis entend contribuer à l’objectif de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) de réduire la mortalité infantile liée au paludisme d’au moins 90% d’ici à 2030. « Au Nigeria, en République démocratique du Congo et au moins 2 autres pays d’Afrique subsaharienne le plus touchés par la mortalité infantile liée au paludisme, nous prévoyons de collaborer avec des partenaires en vue d’élargir l’accès à notre thérapie combinée à base d’artémisinine (ACT) et de développer des initiatives de prise en charge intégrée des cas dans la communauté (iCCM) », indique le communiqué.

Le groupe Novartis s’engage depuis deux décennies dans le combat contre le paludisme. A ce jour, en collaboration avec ses partenaires, l’entreprise a fourni plus de 850 millions de traitements, dont 350 millions de traitements pédiatriques, à prix coûtant, aux pays où le paludisme est endémique.

Burkina24

Burkina24.com