Ouaga : Bientôt des arbres et de la verdure sur Kwamé Nkrumah

155

C’est parti pour le plan de réaménagement de la « la colonne vertébrale de la ville » de Ouagadougou ce samedi 9 juin 2018. En partenariat avec Ecobank, la mairie a procédé au démarrage des travaux par la plantation de deux cent palmiers dattiers et 100 bougainvilliers pour ne pas « laisser se déplacer le cœur » de la capitale.    

Le plan de réaménagement de l’avenue Kwame Nkrumah, imaginé par  les autorités communales  avec Ecobank, consiste à poser les bases de la « redynamisation de la plus belle avenue » de Ouagadougou. « Le but ultime, a partagé le maire Armand Béouindé, est de lui donner son lustre d’antan et sa fréquentation d’antan ».

Si la banque a opté de « prendre des mesures audacieuses pour réduire l’empreinte carbone de ses activités », c’est parce que décline son directeur Cheick Travaly, « il est important d’être conscient que chacun de nous peut faire une différence pour l’environnement ». L’option de planter ces palmiers et bougainvilliers tout le long de « Kwame Nkrumah, cette belle avenue qui a représenté la colonne vertébrale de la ville de Ouagadougou » a un double sens pour les deux institutions qui se sont unies pour le faire : celui de la résistance à l’obscurantisme et de la célébration de la vie là où le terrorisme en a pris.

« Pour celui qui voulait prendre le pouls de Ouaga, c’est ici qu’il fallait venir. Hélas, a déploré M. Travaly, c’est cette avenue qui a été lâchement attaquée par deux fois par les forces du mal comme pour nous atteindre là où ça ferait mal. L’avenue Kwamé Nkrumah souffre. Et nous ne devons pas la laisser mourir. Nous ne devons pas pour la mémoire de ceux qui sont tombés ici laisser se déplacer le cœur de la ville. Nous devons montrer qu’en dépit de ce qui a pu se produire ici, nous restons debout. Les arbres qui pousseront ici seront donc notre hymne à la vie».

Parce que « cette avenue ne doit pas mourir », le plan de trois étapes conçu avec la commune prévoit le reverdissement de l’avenue avec la plantation des palmiers et des bougainvilliers sur le terre-plein qui sera suivi d’une opération de pavage sur toute l’avenue. Ces travaux seront suivis du renforcement de l’éclairage de la voie par le remplacement des poteaux électriques existants avec des « lampadaires au design adapté à l’avenue ».

En plus de miss Burkina 2017 qui « a posé un acte très fort en offrant des poubelles à la ville », le ministre d’Etat a pris part à la cérémonie de plantation d’arbres. Occasion de commémorer en différé la journée mondiale de l’environnement. « Je ne peux pas faire une semaine sans arpenter cette avenue qui me tient à cœur », a confié Simon Compaoré.

Le « maire émérite » de la capitale a été associé à la conception du plan de réaménagement qui vise à « encourager tous ceux qui ont dit ’’oui les terroristes ont tapé mais nous n’allons jamais quitter cette voie’’ qui porte le nom d’un grand, d’un éminent homme politique qui a marqué profondément l’histoire de notre continent ». Un plan qui ne devrait pas se limiter à cette seule avenue car relève Simon Compaoré, il y a d’autres avenues qu’il faut entretenir, qu’il faut relooker parce que ce sont les exigences de la ville.

Ce plan fait « renaître des éléments qui nous permettent de dire que cette avenue va retrouver sa splendeur et toutes les activités connexes qui s’exercent tout au long de cette avenue vont avoir un regain et permettre à notre ville Ouagadougou d’être citée parmi les plus belles capitales de l’Afrique », projette le ministre d’Etat. Pour lui,  la réalisation de ce plan de réaménagement est le signe qu’« aujourd’hui, l’espoir est permis ».

Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com