Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres

18
Nouveau code électoral :  La Codel renforce les capacités de ses membres

Dans le cadre du Projet de renforcement institutionnel et développement organisationnel de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (Codel), un atelier sur le nouveau code électoral et les défis pour la Codel s’est ouvert le mardi 14 mai 2019 à Ouagadougou. La rencontre réunit, pendant 48 heures, 28 participants venant des associations membres de la Codel ainsi que les partenaires techniques et financiers dont Diakonia.

Le Burkina Faso se prépare à la tenue d’une élection présidentielle en 2020 mais aussi à un probable référendum pour l’adoption de la nouvelle Constitution élaborée par la Commission constitutionnelle mise en place par le chef de l’État, Roch Kaboré. C’est dans ce contexte que la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (Codel), en sa qualité d’organisation fortement impliquée dans le monitoring du processus électoral, organise, les 14 et 15 mai 2019 à Ouagadougou, un atelier de renforcement de capacités au profit de ses membres.


Pour Me Halidou Ouédraogo, qui a présidé la cérémonie, la Codel a voulu cet atelier pour outiller ses membres et les mettre à la tâche pour des élections apaisées. « La loi est riche et complète. Si elle est mise en œuvre avec le concours de la classe politique et de la société civile, les citoyens rempliront leurs devoirs dans une légalité bien comprise et dans un cadre très sécurisé », selon lui. Aussi, il a relevé que le Code électoral, comme la Constitution, est un document fondamental pour une bonne tenue du processus électoral de 2020.

Présentant la Codel, le président Ouédraogo dira qu’elle comprend une quarantaine d’associations ainsi que des partenaires techniques et financiers dont Diakonia. « Ce sont ses structures qui ont surveillé les élections de novembre 2015 et le processus électoral jusqu’en 2017. Après cela, nous nous sommes attaqués aux problèmes qui existent au niveau des structures comme les communes. Au niveau de nos communes, il y a près de 52 qui connaissent des contentieux alors que leurs conseillers ont été élus normalement. La désignation du maire a connu des problèmes, il y a eu même des morts », poursuit-il.


L’atelier de 48 heures permettra par ricochet de renforcer les capacités des animateurs dans les institutions comme le parlement, les conseils régionaux, les communes, les collectivités territoriales, pour une démocratie solide. Me Ouédraogo attache du prix aux résultats auxquels l’atelier va aboutir. Il souhaite que les membres de la Codel y participent de façon active pour comprendre la nouvelle loi afin de l’exploiter et permettre aux électeurs de se l’approprier.

À l’issue de la cérémonie d’ouverture, les participants ont eu l’opportunité de mettre la main à la pâte en parcourant, avec Lassane Dao, commissaire à la CENI, le « Code électoral : contexte de sa révision et contenu ». « De par le passé, il y avait tellement de documents qui entraient dans la constitution du fichier et qui laissaient planer beaucoup de doutes. Il s’agit notamment du jugement supplétif d’acte de naissance ou l’acte de naissance, les cartes consulaires, le passeport et la CNIB », a-t-il indiqué.


Avec la nouvelle disposition, la CNIB et le passeport deviennent les documents d’inscription et de vote. « Si vous vous inscrivez avec l’un des documents, la CENI met à votre disposition un récépissé qui prouve que vous êtes inscrits. Par contre, tous ceux qui s’étaient inscrits avec leur acte de naissance ou jugement supplétif d’acte de naissance ont jusqu’au 31 décembre 2021 pour se mettre en règle. Au cas contraire, leur carte de vote n’est plus valable », prévient le président de la Codel.

L’atelier est également une aubaine pour les participants d’échanger sur des thématiques comme « le nouveau code électoral : quels défis pour la Codel ? », « Stratégies pour un monitoring citoyen efficace du processus électoral ». Au sortir de la rencontre, des stratégies d’intervention de la Codel suivant les défis identifiés pour une contribution efficace au processus électoral seront proposées par les participants.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici