Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

53

Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

C’est un ministre satisfait et comblé qui a visité à pas de course les locaux de l’hôpital de district de Bogodogo. Accompagné des responsables dudit hôpital et des représentants du personnel, le patron de la santé burkinabè a pu constater l’état de la structure. Des bâtiments flambants neufs qui ont poussé du sol sur plusieurs hectares, des équipements de pointe et du personnel bien formé. L’hôpital de district de Bogodogo se prépare à être une référence dans la sous-région.

Face au questionnement de la population sur le fonctionnement effectif de la structure, le Ministre Méda se veut clair : « Nous sommes ici à l’hôpital de district de Bogodogo pour constater que l’hôpital est ouvert. Nous avons constaté que pratiquement tous les services médicaux sont ouverts. Toute la population peut désormais venir ici pour rechercher les soins nécessaires. ».

Les services de cardiologie, de neurologie, d’endocrinologie, de pédiatrie et bien d’autres sont déjà fonctionnels. A l’intérieur de la cour, quelques rares patients ou accompagnants devisent sous les appâtâmes.

Coûts de soins bas, prestations de qualité

Les frais de prestation avaient suscité un tollé au sein de la population la semaine passée. Certaines sources affirmaient même que les coûts avaient été multipliés. Le Pr Méda veut rassurer les populations : « L’hôpital de Bogodogo est ouvert et reçoit des patients. Vous avez entendu que les prix ont été multipliés par 400%. Ce n’est pas vrai. Il y avait une gradation des prix mais actuellement ce sont les prix de l’ancien Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA du secteur 30) qui sont pratiqués ici. Ces prix sont même plus bas que ceux pratiqués à Yalgado ».

En dépit de ces prix de prestation, l’hôpital de Bogodogo entend être une référence dans le traitement de certaines pathologies pour la sous-région. Mieux que Yalgado. Il s’agit notamment de l’ophtalmologie. « Je me suis arrêté en ophtalmologie pour admirer la qualité des équipements qui y sont installés pour prendre en charge la maladie des yeux. D’après les techniciens, ce service peut être classé en Afrique de l’Ouest parmi les premiers en termes de qualité de soins pour les yeux. Le Burkina sera donc au hit-parade pour prendre en charge au mieux les maladies des yeux », s’est félicité le Pr Méda.

Finition dans un mois

Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »Le Ministre de la santé a, par ailleurs, découvert des services dans lesquels les travaux ne sont pas encore finis. En chirurgie, par exemple, les travaux ont été suspendus depuis deux mois par manque de certains matériaux. En présence du Ministre, l’entrepreneur en charge des travaux a rassuré que ce sera fin prêt dans un mois. « Il y a eu globalement une construction qui n’était pas aux normes pour assurer la sécurité des patients en chirurgie. Les plafonds pouvaient dégager de la poussière pendant les interventions chirurgicales. Pour la sécurité des patients, il était inadmissible qu’un tel résultat soit accepté. Les changements sont donc en train d’être opérés pour mettre des revêtements qui garantiront la sécurité des patients », a ajouté le Pr Méda.

C’est aussi le cas du laboratoire et du service de l’imagerie médicale. Selon le Ministre de la santé, l’hôpital trouvera la plénitude de ses fonctions d’ici la fin de l’année 2017. Un soulagement pour les Burkinabè qui ont souvent des difficultés à se soigner.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Lefaso.net