Musique : «Slamazone», le dernier né de Malika la Slameuse

157

Après plusieurs singles et des featurings avec quelques artistes, Malika la Slameuse sort enfin son premier album « Slamazone ». Forme contractée d’ « amazone du slam », « Slamazone » a été présenté à la presse ce samedi 30 janvier 2016 à Ouagadougou en présence du parrain, Me Frédéric Titienga Pacéré.

Lancé comme single, le titre « L’homme qu’il me faut » décrit l’homme idéal dont rêvent toutes les filles. Depuis 2015, ce titre tournait en boucle sur les chaines de télévisions et radios de la place pour annoncer le nouveau bébé. Ce premier album de l’artiste est fortement engagé socialement à travers des titres tirés du quotidien de Malika Rakizatou Ouattara alias Malika la Slameuse. A travers le titre « Avortement », l’artiste rend hommage à toutes ces filles qui ont refusé d’avorter et ont eu le courage d’assumer leurs grossesses quelques soient les circonstances. Cependant, ce titre constitue également « une mise en garde pour nos petites sœurs ».

Hamed Diallo recevant le CD acheté à 300.000 FCFA des mains du parrain et de Malika au milieu

 

Enregistré en semi-live et arrangé par l’intrépide Donald Simporé, « Slamazone » comporte 12 titres bien enlevés dans la pure tradition du slam. Comme pour rompre avec la monotonie, Malika fait appelle à ses paires pour apporter de nouvelles sonorités à son œuvre. L’étudiante en Master en communication à l’Institut Africain de Management (IAM) ne finira d’ailleurs pas de surprendre. En feat avec Will be Black, Malika invite ses fans à danser sur le style rythmé du titre « Ca va les étonner ». Avec Smarty dans « Allô frangin », l’artiste dénonce les vices de la société. Aussi amoureuse qu’elle l’est même si son « cœur reste encore à prendre », Malika prône l’amour à travers les titres « My Man », « Amour brisé », « Maman, papa » et invite à la paix dans tous les pays africains dans le titre « Enfants d’Afrique » en feat avec Greg le Burkinbila.

A ceux qui se demandent pourquoi le slam, l’artiste répond : « je slam pour vous ». Et ceci, dans le titre « Outro », le dernier sur l’album. Quoi de plus pour mériter l’admiration de Me Titienga Pacéré pour qui : « Malika mérite le soutien de tous les fils et filles du Burkina qui aspirent au développement et à la promotion de notre patrimoine culturel ». Raison donc suffisante pour Hamed Diallo, Président du conseil d’administration d’IAM Ouaga de repartir avec le CD mis en vente aux enchères à 300.000 FCFA.

Abel AZONHANDE

Fasozine