Municipales 2016: plus de 480 millions de FCFA distribués à 85 partis

186

Le Ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a procédé ce vendredi 13 mai 2016, à la remise de chèques aux partis, formations politiques et regroupements d’indépendants au titre de la subvention publique des activités de campagne électorale.

 

La subvention pendant la campagne concerne deux volets. Il y a d’abord le financement des activités de campagne électorale des candidats aux élections. En effet, la loi N° 008-2009/AN du 14 avril 2009 portant financement des partis politiques et des campagnes électorales prévoit, en son article 4, que l’Etat contribue au financement des coûts des campagnes électorales des partis et formations politiques par des fonds publics.

Toutefois, la répartition de cette subvention tient compte du rapport détaillé dressé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et faisant le point sur le respect par les partis et regroupements de partis politiques des dispositions relatives au quota, objet de l’article de la loi N° 010-2009/AN du 14 avril 2009 portant fixation de quotas aux élections législatives et municipales au Burkina Faso.

Pour cette année, en application de ces dispositions, 365 114 028 FCFA ont été remis à 85 partis et regroupements d’indépendants. Le second volet du financement concerne la prise en charge des délégués des partis politiques. Pour ce scrutin, 115 514 000 ont été remis aux partis et regroupements d’indépendants selon leur présence spatiale sur le territoire national.

Le total du financement est alors de 480 628 028 FCFA. Toute chose qui constitue « un effort important de la part du gouvernement », fait remarquer Simon Compaoré. Le ministre Compaoré attire par ailleurs l’attention des bénéficiaires sur la nécessité d’une irréprochable gestion des fonds mis à leur disposition. «Deniers publics par nature, leur utilisation devra impérativement se conformer aux dispositions règlementaires adoptées à cet effet», a rappelé le ministre. Il les invite aussi à prendre toutes les dispositions idoines pour rendre des comptes sans failles, exempts de tout soupçon de mauvaise gestion.

Abel Azonhandé

Fasozine