MPP : « La cohésion et la discipline demeurent des valeurs cardinales dans notre parti » (Simon Compaoré)

85

MPP : « La cohésion et la discipline demeurent des valeurs cardinales dans notre parti » (Simon Compaoré)

Acte politique majeur, la rentrée politique, qui s’ouvre à partir de demain 15 septembre (et qui s’étale jusqu’au 27 septembre) sera marquée par des activités de mobilisation et d’information au sein du parti. Selon le programme mis à la disposition de la presse, à partir du samedi 15 septembre 2018, auront lieu les assemblées générales des différentes structures qui soutiennent le parti.

Le moment le plus attendu par l’ensemble des militants est la grande assemblée générale de la direction politique nationale du parti, le 22 septembre à la Maison du peuple, à Ouagadougou.

« Cette rentrée se tient au moment où le MPP est en train d’achever le renouvellement de ses structures. L’on note des soubresauts par endroits qui sont, comme le savez, inhérents à tout renouvellement de structures et qui sont par ailleurs les signes de la vitalité de l’engagement des camarades, même si l’on peut déplorer par endroits les méthodes employées », a situé le président par intérim du parti, Simon Compaoré, qui rassure sur ce point que la direction du parti s’attèle à faire de ces situations locales, des souvenirs.

« La cohésion et la discipline demeurent des valeurs cardinales dans notre parti », affirme-t-il.

Sur la situation qui prévaut à Bobo-Dioulasso, où le parti traverse, depuis avril 2017, une crise due au processus de renouvellement de la structure locale (http://lefaso.net/spip.php?page=web-tv-video&id_article=82902&rubrique2), Simon Compaoré a également rassuré que tout est en train de rentrer dans l’ordre. En rappel, cette crise s’est accentuée, il y a une dizaine de jours, et s’est traduite entre autres par l’occupation du siège provincial par des militants contestataires qui entendaient ainsi interdire toute activité en ce lieu (http://lefaso.net/spip.php?article85187).

MPP : « La cohésion et la discipline demeurent des valeurs cardinales dans notre parti » (Simon Compaoré)« Rien qu’il y a 48 heures, nous avons reçu, ici, les camarades de Bobo. Nous avons eu une très bonne conversation avec eux. Il y a des réglages qui sont en train de se faire et, rassurez-vous, les choses vont rentrer dans l’ordre. (…). Nous avons dit, on ne s’en émeut pas, on regrette ce que certains camarades ont posé comme actes. Et lors de la rencontre, certains ont reconnu qu’il fallait agir autrement.

Ça ne nous émeut pas parce que, pour un parti grand, comme le nôtre, il ne peut pas manquer de frictions. C’est à nous d’avoir l’intelligence politique pour surfer au-dessus, ne pas patauger dans la boue, car le niveau de conscience politique est suffisamment disparate au niveau du parti, de sorte que ce genre de problèmes ne peuvent pas manquer », a expliqué le président par intérim du parti au pouvoir, Simon Compaoré.

Sur une plainte qui aurait été déposée contre des militants dans cette crise en avril 2018, Simon Compaoré n’a pas voulu faire de commentaires.

« Les affaires de famille se règlent en famille. Nous avons adopté une démarche en famille qui va nous permettre de régler nos problèmes, mais pas dans la rue », a-t-il coupé court.

Ce qui a suscité des préoccupations de journalistes sur la question de la formation des militants. A ce sujet, le premier responsable du MPP informe que la direction de son parti a prévu, dans le mois d’octobre, et dans la dynamique du renouvellement des structures, la formation de tous ceux-là qui seront appelés à être désignés dans les structures locales du parti. « Nos camarades vont être outillés à ce niveau-là », promet-il.

C’est corrélativement à cette préoccupation qu’il est revenu sur la vie du centre de formation politique créé par son parti (le Centre international de formation politique Kwamé-N’Krumah). « On a constaté un certain nombre d’insuffisances dans le fonctionnement de ce centre et nous avons voulu mener des réflexions qui vont nous permettre de faire quelque chose qui tienne la route et qui dure », a indiqué le président par intérim du MPP, précisant qu’il y a une nécessité d’opérer un certain nombre réglages au sein de centre.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Lefaso.net