Moumouni Kéré : « Le CDP n’est pas à Béguédo »

3658

Le 12 mai 2016, la commune de Béguédo a fait l’objet d’affrontement entre les militants du NTD (Nouveau temps pour la démocratie) et ceux du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) à propos de la publication du fichier électoral. Ce conflit a occasionné plusieurs blessés dont certains évacués au Centre hospitalier régional de Tenkodogo et le saccage du siège de la CECI (Commission électorale communale indépendante) de Béguédo. Le secrétaire provincial du Congrès pour démocratie et le progrès (CDP) section Boulgou, Moumouni Kéré que nous avons rencontré ce matin nie toute implication de son parti dont on accuse d’avoir coalisé avec les éléments du NTD. Il avance même que le CDP, victime d’une trahison, ne pourra pas participer au municipales à venir.

Burkina24 (B24) : Quelle est votre lecture sur la situation qui a prévalu  à Béguédo ?

Moumouni Kéré (M.K) : La situation qui s’est passée à Béguédo est regrettable. Nous ne savons pas pourquoi on en arrive là. Quels sont les acteurs de cette situation ? On ne peut que, en tant que parti politique, regretter que l’on en soit à cette situation au niveau de Béguédo.

B24 : Est-ce que vous avez pu échanger avec vos militants ? Est-ce qu’ils vous ont fait le point ?

M.K : En réalité au niveau de Béguédo, parler des militants du CDP… ? Non à l’étape actuelle,  le CDP n’est pas à Béguédo. Comme le CDP n’est pas à Béguédo, parce que nous ne sommes pas sur la liste des élections municipales, nous ne savons pas quel camarade toucher là-bas pour avoir l’état de la situation. En tout cas,  on voit, on entend ce qui se passe à Béguédo comme vous et moi. Comme je le disais, c’est regrettable !

B24 : C’est tout de même paradoxal ! Rien qu’hier nous avons échangé avec un responsable du MPP de Béguédo qui estimait que c’est une coalition des militants du NTD et du CDP qui est venue les attaquer…

M.K : Héé non! Je pense que c’est des faux-fuyants. Nous connaissons tous la situation de Béguédo. On a toujours cherché à certain moment des poux sur un crâne bien rasé. Nous ne participons pas aux élections au niveau de Béguédo. En quoi nous pouvons alors nous coaliser avec un parti, encore de la mouvance présidentielle ? Nous, nous sommes de l’opposition actuellement. Nous ne pouvons pas nous coaliser avec un parti de la mouvance présidentielle contre un autre parti de la mouvance présidentielle. Je pense que çà, ce sont des faux-fuyants. Ils doivent chercher leurs arguments ailleurs.

B24 : Mais pourquoi le CDP ne participe pas aux municipales à Béguédo ?

M.K : C’est tout simple. Au niveau de Béguédo, le CDP était en lice jusqu’à la veille des dépôts de candidatures. Et c’est à quelques heures du dépôt que moi-même,  en tant que secrétaire général de la section provinciale du CDP, j’ai appelé le secrétaire de la sous-section de Béguédo, en la personne de Bara Boukari pour lui demander à quel niveau ils en sont.

Et c’est là il m’a fait entendre qu’ils n’ont pas pu déposer au compte du CDP, parce que l’ancien maire, à savoir Bara Moussa, sur qui ils comptaient pour déposer la liste du CDP, parce que c’est lui qui devrait conduire cette liste, est venu avec un nouveau parti et a substitué nos listes et nos candidats au profit bien sûr du NTD.

A partir de ce moment, nous avons bien sûr exprimé notre désapprobation. Nous avons dit qu’il aurait fallu que nous soyons informés. On pouvait bien sûr voir ce qu’il y avait lieu de faire. Lui-même en tant que secrétaire de la sous-section m’a fait savoir qu’il était vraiment déçu de cette situation mais il n’y pouvait rien. Cela fait qu’on a fait que remplacer les candidats du CDP par le NTD.

Ce sont nos candidats. On a alors substitué nos listes CDP et on les remplacé tout simplement par le NTD. Qu’est-ce qu’on pouvait faire ? On n’a fait que constater cet état de fait. Quand bien même cela nous a paru curieux, on a accepté. Ils ont déposé sous la bannière du NTD. A partir de ce moment, le CDP ne sait plus ce qu’il vient faire à Béguédo. Le CDP n’est pas à Béguédo, on ne peut pas parler de CDP à Béguédo actuellement.

B24 : On peut donc déduire que ce sont des démissionnaires du CDP qui ont rejoint le NTD ?

M.K : Oui en principe. Et puis la situation de Béguédo est suffisamment claire. Quels sont ceux du MPP à Béguédo actuellement ? Ce sont les gens de la CFD/B (Ndlr : Convention des forces démocratique du Burkina) ancienne qui sont au MPP.  Et actuellement, le NTD ce sont les gens qui étaient au CDP qui sont au NTD.

Ils sont encore dans la même donne. Ils étaient CDP-CFD/B où ça n’allait pas,  tout le monde le sait. Ils sont encore MPP-NTD mais la bataille ne peut que continuer. Moi je pense qu’à ce niveau-là, peu de gens peuvent dire qu’ils méconnaissent la situation. Les autorités le savent, les politiciens le savent, tout le monde sait ce qui se passe à Béguédo. Ils n’ont qu’à chercher des arguments ailleurs et non penser que le CDP instrumentaliserait des gens du NTD contre ceux du MPP. C’est curieux !

MPP-NTD, c’est la mouvance présidentielle ! En quoi nous, parti d’opposition actuellement, nous pouvons influencer des éléments de la mouvance présidentielle ? Non c’est une vieille bagarre qu’ils entretiennent. C’est dommage. Ils risquent de l’entretenir très longtemps.

B24 : Autre chose à ajouter ?

M.K : C’est véritablement demander aux autorités administratives et politiques d’ouvrir l’œil et surtout le bon pour ce qui est de la situation de Béguédo.

Quand à des élections, des armes apparaissent pour résoudre des contradictions politiques,  c’est véritablement dommage et même dangereux. Seules les autorités peuvent aider cette population à transcender bien sûr cette divergence politique, pour qu’ils vivent en parfaite harmonie et en symbiose.

Comme je vous le disais, ce sont des frères et quand c’est une bagarre de famille je pense qu’il doit y avoir des personnes plus indiquées pour aider à résoudre le problème. C’est dommage une fois de plus que l’on en arrive là.

Mais on peut toujours les aider à résoudre le problème pour peu que la population, les enfants de Béguédo s’asseyent, se regardent les yeux dans les yeux avec les autorités pour résoudre le problème. C’est toujours faisable.

Propos recueillis par Martin OUEDRAOGO

Correspondant de Burkina24 à Tenkodogo

Burkina24.com