Mouloud 2019 : Les fidèles musulmans de Gaoua ont prié pour la stabilité du Burkina

30
Mouloud 2019 : Les fidèles musulmans de Gaoua ont prié pour la stabilité du Burkina

Les musulmans du Burkina Faso ont célébré, dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 novembre 2019, le Mouloud, qui marque la naissance de Mahomed, le prophète de l’islam. Les musulmans de Gaoua n’ont pas été en reste. A la grande mosquée de la ville, ils ont été nombreux à assister à cette commémoration. Plus qu’une occasion de réjouissance, la commémoration de la naissance du prophète a été un moment d’enseignement et de réflexion à travers la lecture du Coran et des bénédictions. Les difficultés sécuritaires que traversent le pays se sont également invitées à cette nuit du Mouloud.

Le Mouloud, marquant la naissance du prophète Mohamed, a été commémoré par la communauté musulmane de Gaoua par une lecture du Coran. Ce fut l’occasion de revenir sur la biographie du prophète Mohamed et de se rassembler autour des grands idéaux de l’islam.

Pour Abdoul Salam Sissako, imam de la grande mosquée de Gaoua, ce souvenir est important parce que tout musulman doit avoir pour modèle le prophète Mohamed. « Pour connaître le prophète, il faut lire le Coran pour comprendre son comportement, sa soumission, son adoration. Il demeure un modèle pour tout musulman parce qu’il nous enseigne comment se comporter avec notre prochain ».


Le contexte sécuritaire du Burkina Faso a été abordé par l’imam Sissako. Il a adressé un message d’unité et de paix. « Je demande à tous les Burkinabè d’être unis en cultivant l’amour ; que les dirigeants du pays aient les moyens pour nous sortir de ce problème afin que la paix règne au Faso ».

Pour les fidèles qui ont fait le déplacement de la grande mosquée, la célébration du Mouloud est pleine d’enseignements. Pour Drissa Ouattara, « plusieurs années après son décès, si nous continuions à célébrer l’anniversaire de sa naissance, cela témoigne de l’importance et de la grandeur de l’homme. Ce n’est pas une fête de jouissance, c’est une fête de réflexion en cherchant à s’approprier le comportement du prophète Mohamed ».


Au-delà de la lecture du Coran, cette célébration a été ponctuée de bénédictions dans le sens du renforcement du vivre-ensemble et de la cohésion sociale.

Boubacar Tarnagda

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici