Mort d’un gendarme dans la Kossi : L’attaque a eu lieu en territoire malien

95

Un gendarme a trouvé la mort et un autre grièvement blessé le dimanche 31 décembre 2017, lors d’une attaque près de Kombory alors qu’ils s’y rendaient pour une mission de contrôle. Cette énième attaque dans la Kossi a affecté toute la province et le passage de 2017 à 2018 a été observé dans la douleur.

L’attaque a eu lieu à Pè, en territoire malien, à un jet de pierre de Kombory, peu avant 10h. Quelque paradoxal que cela puisse paraitre, de Barani, pour se rendre à Kombory il faut forcement passer par ce village malien. Chaque dimanche jour de marché de Kombory, des éléments  de la brigade de Barani y vont pour des contrôles de routine. Au nombre de quatre, ils ont encore emprunté le tronçon. Mais ce matin-là, ils ont été stoppés à quelques 2km de leur destination.

Des individus armés ont ouvert le feu sur les gendarmes à moto. Un élément est touché à la tête. Il meurt sur le champ. Un autre visé à l’épaule, est gravement blessé. Les deux autres s’en sortent sains et saufs. Le blessé et le corps de la victime sont transportés au CMA de Nouna, puis transférés à Dédougou dans l’après-midi. Le gendarme dont l’identité n’est pas encore dévoilée à la presse ne verra donc pas 2018. Il voulait sécuriser la vie des citoyens. Hélas, il a perdu la sienne.

Très vite, la nouvelle a fait le tour de la province. Méchant, criminel, ignoble, difficile de trouver le mot juste pour qualifier l’acte que vient de poser ces hommes sans foi ni loi. Dans la ville de Nouna ; la joie de la fête de fin d’année a vite fait place à la tristesse.

Sur les lieux de l’attaque, la stupeur se lit sur tous les visages. Des gendarmes envoyés en renforts depuis Dédougou sont en larmes. Cifficile de trouver un interlocuteur.  La peine est lourde. On a du mal à se tenir sur les pieds. Tout semble s’arrêter. Un habitant de la localité finit par se lâcher et parle de 4 assaillants, une quinzaine selon une autre source.

Après leur crime, les assaillants sont repartis avec deux kalachnikov et une moto des gendarmes. « La population n’est pas inquiétée. Ce sont les forces de l’ordre qui sont ciblées. Pour ne pas se faire remarquer,  je préfère que les gendarmes se déplacent sans leur tenue », conseille cet autre habitant de Kombori. Si ce dernier semble collaborer avec les FDS, une partie des habitants de la zone seraient de connivence avec les ennemis et certains jeunes s’enrôlent en leur sein, indique une source locale.

Dans leur opération de ratissage, les FDS ont pu mettre la main sur deux personnes suspectées d’avoir un lien avec cette attaque. Elles ont été conduites à la gendarmerie de Nouna et l’enquête ouverte par le procureur du Faso suit son cours. Aux dernières nouvelles, le gendarme blessé est gardé au CHR de Dédougou pour des soins et sa vie est hors de danger

MK

Pour Burkina24

Il y a 1 commentaires

  1. Trop jeunes et frais ces éléments qu’on envoie à la mort. Chargeons les plus anciens de deux à trois ans pour ces genres de mission, pendant que les nouvelles recrues sont en formation! Ce jeune qu’ils ont tué, vient de terminer à peine son stage d’aptitude, réfléchissez un peu!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com