Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril

120

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril

Après les mouvements d’humeur des agents des finances, des agents des péages et des agents des impôts, voici venu le moment pour les agents du trésor d’entrer dans la danse. Une partie de danse orchestrée par le Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB), et cela du 24 au 26 avril 2017. Durant ces 72h, de 7h à 14h, les agents de la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP) sont invités à observer le sit-in sur toute l’étendue du territoire national, avec extension aux consulats et ambassades du Burkina à l’étranger. Séini Koanda, Secrétaire général du SATB et ses camarades, donnent donc un avant-goût au gouvernement afin qu’il se penche sérieusement sur leur plateforme revendicative minimale.

Cette plateforme objet de la rupture du dialogue entre le syndicat, la Direction générale du trésor et le ministère de l’Economie, des finances et du développement a été respectivement transmise le 16 août et le 14 novembre 2016. Suite aux réponses jugées « dilatoires », le SATB a non seulement décidé de donner de la voix, mais de dresser une plateforme revendicative minimale en dix-neuf points. En partie, le syndicat exige :

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril  L’institution d’un statut autonome des agents du trésor ;

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril  L’élaboration d’un plan de carrière ;

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril  La mise en œuvre du statut de l’Agent judiciaire du trésor (AJT) ;

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril  Le rattachement des agents comptables au Trésor public.

Salifou Diallo accusé d’attiser le feu

Cette conférence de presse a été l’occasion pour le syndicat d’inviter certaines autorités du pays à plus de responsabilité. « Depuis un certain temps, le SATB fait l’objet de dénigrement et d’acharnement de la part de certaines autorités ce pays », regrette le SG Koanda. Pour lui, ces propos tendancieux exposent « les honnêtes travailleurs à la vindicte populaire ». Surtout venant de la part du président de l’Assemblée nationale (PAN), Salifou Diallo, qui accuse les agents du trésor de s’asseoir sur les dossiers des entrepreneurs en espérant en tirer profit.

Ministère de l’Economie : Les agents du Trésor en sit-in à compter du 24 avril
Le SG du SATB, Siéni Koanda et ses camarades sont déterminés

Pire encore, lors du Discours sur la situation de la nation du Premier ministre devant la plénière le 14 avril dernier, le PAN a enfoncé le clou en affirmant que : « un agent de catégorie E du trésor public gagne mieux qu’un cadre du ministère de l’agriculture ou de l’éducation… c’est inacceptable ». Même attitude du côté de la ville de Bobo Dioulasso, où c’est le maire himself qui avait traité les agents du trésor de « terroristes » (en décembre 2016). Tout en les accusant de bloquer les salaires des travailleurs de la collectivité. Ce qui a suscité une marche de ces derniers sur la Trésorerie régionale des Haut-Bassins. Cette manière de jeter les agents en pâture n’est pas du goût du syndicat qui tiendra pour responsable ses pourfendeurs en cas de dégradation du climat social.

Le nouveau bâtiment de la Direction générale du trésor, à Ouaga 2000, s’est invité au débat. Le syndicat souhaite que toute la lumière soit faite dans cette affaire car il n’est pas concevable que ce cadre manque du minimum de commodités pour y travailler avec sérénité. Pour le SATB, l’autorité a tant promis mais rien à l’horizon. Pas de rideaux pour protéger contre le soleil, point de climatisation, ascenseurs en panne. Ce qui oblige le personnel à accéder aux cinq étages par les escaliers. Et ce bâtiment ne serait pas le seul dans ce cas.

Le mercure pourrait monter d’un cran, avec en prélude une grève au mois de mai, si toutefois l’autorité continue à faire la sourde oreille, laisse entendre le SATB. Tout en s’excusant auprès des usagers pour les éventuels désagréments que ce sit-in va engendrer, le syndicat rassure les fonctionnaires que ce mouvement ne va aucunement perturber, ni toucher le traitement de leur salaire du mois d’avril.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Lefaso.net