Ministère de l’agriculture : Les agents suivent la grève dans le Centre-Ouest

35

Les travailleurs du ministère de l’agriculture  observent un  mouvement de grève les 10 au 13 juillet 2018. Dans la région du Centre-ouest, les agents se sont retrouvés dans la cour de la direction régionale de l’agriculture et des aménagements hydrauliques.

Selon le secrétaire général du SYNATRAG-CO Ourou Boziniè, ce mouvement fait suite au dépôt et à la non satisfaction de leur plateforme revendicative auprès des autorités du MAAH pour examen le 18 mai 2017. Il a fallu plusieurs lettres d’interpellation pour que le Ministre Jacob Ouédraogo accepte échanger sur les problèmes des travailleurs.  

Pour lui, le ministre  a usé de dilatoire pour faire gagner cinq mois avant qu’ils n’épuisent les différents points de négociation consignés dans la plate-forme revendicative. D’après lui, près de deux mois après les négociations, le ministre  continue de jouer avec le temps en refusant de signer le Procès-verbal de négociation.

Le SG SYNATRAG ajoute que certains de leurs militants ont été arbitrairement relevés de leur fonction pour avoir observé  un mot d’ordre de boycott lancé par leur syndicat. Au regard de ces comportements, poursuit le SG, le samedi 28 avril 2018, sur convocation du Bureau national, les secrétaires généraux des treize sections du SYNATRAG se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire. Les participants ont examiné l’état d’avancement des échanges sur la plateforme revendicative et les tentatives de remise en cause des libertés syndicales au sein du Ministère.

Au terme des analyses, les participants ont exprimé et réitéré leur soutien total et leurs encouragements à l’ensemble des travailleurs de l’agriculture pour les efforts inestimables qu’ils fournissent au quotidien dans des conditions très difficiles. Cependant, ils ont regretté le manque de volonté des autorités du MAAH à trouver des solutions idoines aux différentes préoccupations consignées dans la plate-forme revendicative.

Pour rappel, une plate-forme minimale d’action devant servir de référentiel pour la conduite des luttes futures a été élaborée et déposée au MAAH le lundi 30 avril 2018. C’est suite à un préavis de grève adressé au président du Faso, le 2 mai 2018, qu’ils ont appelé leurs militants et sympathisants à observer des journées de protestations qui seront ponctuées par des arrêts de travail et des piquets du 10 au 13 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire national.

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24

Burkina24.com