Méningite au Burkina : Les acteurs de la santé réunis pour définir la stratégie de riposte

114

Suite à la récente épidémie de méningite apparue dans la région de l’Est du Burkina, les différents acteurs de la santé sont réunis à Ouagadougou ce vendredi 8 février 2019 pour mieux s’outiller en matière de surveillance et de riposte des maladies épidémiologiques.

Les médecins sont formels, les nombreux cas de décès enregistrés dans la région de l’Est, sont dus à une épidémie de méningite au méningocoque C.

« Fort heureusement, avec les mesures sanitaires mises en œuvre depuis le 28 janvier, aucun cas de décès n’a été enregistré et la situation est à présent  sous contrôle », a rassuré Noëllie Clotilde Claudine Lougué/Sorgho, le ministre de la santé dans son discours prononcé par le gouverneur du centre, Sibiri de Issa Ouédraogo.

Néanmoins, elle en appelle à la vigilance pour détecter les moindres signes d’alerte. Car malgré les mesures prises, le risque de survenue d’une épidémie demeure en cette année 2019. En effet, cette période de l’année chargée de vent sec et de poussière est propice à la transmission de maladie et pour plusieurs raisons. La situation géographique et sécuritaire du pays rend la lutte difficile, avec notamment des difficultés de mise en œuvre de la vaccination de routine dans les zones reculées et difficiles d’accès. D’autres germes de méningite aussi persistent, notamment le méningocoque du sérogroupe W mais aussi l’émergence d’autres types tels que les méningocoques du serogroupe X et C.

Les directions régionales de santé et gouverneurs de régions sont alors réunis à Ouaga pour mener la réflexion sur la gestion de la saison épidémiologique de 2019.

Pour Robert Karama, secrétaire général du ministère de la santé, cette rencontre d’information et de sensibilisation des acteurs régionaux devrait leur permettre de s’approprier les plans de surveillance et de riposte des maladies à risque épidémiologique et particulièrement de la méningite, les différentes activités à mettre en œuvre avant pendant et après l’épidémie.

Une vue des participants

Dans son discours, la ministre rappelle que le Burkina Faso n’a pas connu une épidémie de méningite en 2018, et le nombre de nouveaux cas est passé de 2 648 en 2017 à 2 422 en 2018.

Par contre, le pays n’a connu aucune épidémie de la méningite de type A depuis 2010, du fait de la campagne de vaccination préventive contre la méningite A  avec le vaccin « MenAfrivac » et l’introduction de ce vaccin dans le programme vaccinal des enfants.

La représentante de l’OMS au Burkina, Chantal Kambiré, a rassuré que l’OMS se tient aux côtés du Burkina pour permettre de lutter efficacement contre les maladies.

Revelyn SOME

Burkina24

Burkina24.com