MENA : Les archives ouvrent leurs portes

24

Le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA), a initié les journées portes ouvertes de sa Direction des Archives et de la Documentation (DAD), pour faire connaitre du public son existence et sa capacité à contribuer à la recherche de la qualité de l’éducation.

Le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA)  a décidé d’offrir un meilleur cadre de visibilité à sa direction des archives et de la documentation (DAD) en ouvrant les ouvertes sur les archives et la documentation du MENA, ce mercredi 10 octobre 2018 à Ouagadougou.

Le secrétaire général du ministère de l’éducation, Kalifa Traoré, représentant le ministre Stanislas Ouaro, insiste sur le bien-fondé de ces journées  en disant ceci : « S’il est vrai qu’en matière d’éducation, l’innovation doit être permanente, encore faut-il s’inspirer du passé pour innover, car sans recherche, il n’y a pas d’innovation et sans archives, il n’y a pas de recherche véritable ».

Pour le directeur de la DAD, Yilké Auguste Koudougou, ces journées portes ouvertes qui vont durer trois jours feront connaitre la direction en tant que structure centrale du MENA. Les enseignants et élèves pourront également mener des recherches dans le cadre de leurs travaux.

Pour cette première édition, la DAD a eu pour marraine, Odile Bonkoungou, ancienne ministre en charge de l’éducation. « C’est une joie pour l’ancienne ministre en charge de l’éducation. C’est une façon pour moi de redire toute l’importance que j’ai accordée aux archives et à la documentation au temps où je dirigeais le ministère. Aujourd’hui, nous avons besoin de faire connaitre les archives du ministère parce que c’est un outil précieux de travail. Malheureusement, on ne s’en sert pas. C’est un gaspillage de ressources d’énergie financière et humaine », a-t-elle commenté.

La DAD dispose d’une salle de lecture, de documents pédagogiques, de revues, de romans, et de divers autres documents. La direction des archives et de la documentation peut intéresser autant les enseignants que les élèves et contribuer à la recherche de la qualité de l’éducation.

Irmine KINDA

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com