Médias publics : Les travailleurs en grève reçoivent le soutien du Collectif syndical CGT-B

135

Les 29 et 30 janvier 2020, les travailleurs des médias publics mobilisés au sein du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) ont observé un arrêt de travail pour exiger la mise en œuvre du protocole d’accord que le gouvernement a signé avec le SYNATIC le 29 décembre 2016, notamment la mutation des médias publics en Sociétés d’Etat.

Cette grève générale de 48 heures, selon les responsables du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) s’est étendue sur l’ensemble du territoire national.

Entre autres, les frondeurs exigent la finalisation des échanges autour du statut dérogatoire comme phase transitoire à la mutation des médias publics en Sociétés d’Etat, la dotation conséquente des médias publics en équipements et moyens adéquats pour mener à bien leurs missions.

Par ailleurs, dans la plateforme revendicative, le SYNATIC réclame le versement intégral de la taxe de soutien au développement  des activités audiovisuelles de l’Etat aux médias publics, conformément à la loi sur l’audiovisuel, le respect des libertés syndicales et l’arrêt de la répression et l’intimidation contre les travailleurs des médias publics.

« … Que tous les travailleurs consciencieux arrêtent le travail »

Si lors des deux jours, le piquet de grève a connu une mobilisation devant le siège de la Télévision nationale du Burkina (RTB), sur son antenne, les téléspectateurs ont eu droit à la diffusion en direct, le 29 janvier 2020, des journaux télévisés du 13H et du 20H. Le 30 janvier également, le Journal télévisé de 13H a été diffusé en direct.

« Quand nous avons lancé notre mot d’ordre de grève, nous nous attendions à ce que tous les travailleurs consciencieux arrêtent le travail, quel que soit leur poste », a réagi Nadège Yé, secrétaire à l’information du Bureau national du SYNATIC.

« Nous estimons qu’un travailleur conscient que sa carrière dépend de son fait doit se mobiliser autour des mots d’ordre lancés par le SYNATIC. Maintenant, s’il se trouve qu’il y a des travailleurs qui ont d’autres motivations, nous ne pouvons que les rappeler à écouter leur conscience car les revendications du SYNATIC sont pour le bien de tous », a-t-elle déclaré.

Pour ce deuxième et dernier jour de grève, le SYNATIC a reçu la visite d’une délégation du Collectif syndical CGT-B conduite par son porte-parole, Bassolma Bazié, par ailleurs secrétaire général de la CGT-B. Il s’est exprimé dans la vidéo qui suit.

Vidéo – L’appel de Bassolma Bazié

Burkina : L’appel de Bassolma BaziéA l’occasion de la grève du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), les 29 et 30 janvier 2020, le Collectif syndical CGT-B, conduit par son porte-parole Bassolma Bazié, a apporté son soutien aux travailleurs des médias publics. Saisissant l’occasion, Bassolma Bazié a lancé un appel à l’endroit des travailleurs et du gouvernement burkinabè.www.burkina24.com

Gepostet von Burkina 24 am Donnerstag, 30. Januar 2020

Burkina 24

Selon Nadège Yé, le soutien du Collectif syndical CGT-B « vient à point nommé et témoigne de la justesse de nos revendications. Depuis 2016, nous demandons juste l’application d’une loi qui a été votée en 2015. La balle est dans le camp du gouvernement », a-t-elle précisé.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici