MAUVAIS ETAT DES ROUTES A FADA : LES POPULATIONS ENTENDENT « OBSERVER TROIS JOURS DE VILLE MORTE » (CORRESPONDANT)

141

Les populations de Fada estiment que le réseau routier de la région de l’Est est dans un état de délabrement très avancé. Cette situation plomberait même les affaires dans cette région qui ne s’est pas encore remise des crises sociopolitiques qui ont frappé le Burkina en octobre 2014 et septembre 2015.

Mercredi, à l’appel de la coalition nationale de lutte contre la vie la chère (CCVC), des milliers de personnes sont descendues dans les rues à Fada, capitale de la région de l’Est.

Sous un soleil de plomb les marcheurs ont arpenté les artères de la ville pour aller remettre un message au colonel Ousmane Traoré, gouverneur de la région de l’Est. « Nous sommes fatigués », c’est le slogan qui était dans la bouche de tous les manifestants.

Selon Adolphe Tankouano, porte-parole de la CCVC région de l’Est, depuis 2014, les choses ne bougent pas dans cette région et c’est la raison pour laquelle ils sont sortis pour dire au gouverneur qu’ils sont fatigués.

Dans la même optique, Ounteni Nassori, Secrétaire général du syndicat national des commerçants du Burkina, région de l’Est fait savoir que l’impact du mauvais état des routes sur le commerce est bien visible. D’après lui, on ne peut plus faire des affaires avec des routes qui sont dans un piteux état.

Ounteni confie que les gens disent même que si les autorités ne répondent pas positivement à leurs doléances, les populations entendent observer trois jours de ville morte à la prochaine manifestation.

Parallèlement à cette manifestation, le mouvement des étudiants et scolaires de la région a observé une grève de 72 heures et a barricadé la voie.

 

Guy Michel Bolouvie, correspondant

Omegabf.net