Maroc : Mohamed Ouattara pris « en otage par le président » du WAC

235

L’international burkinabè Mohamed Ouattara se sent floué par le Président Wydad Athlétique Club de Casablanca (WAC). Le joueur burkinabè réclame des arriérés de salaires et que le club affirmerait avoir remis.

C’est le journal marocain Lekiosque360 qui rapporte une interview de l’ancien joueur de l’Etoile Filante de Ouagadougou (EFO) sur sa situation au WAC publiée dans le journal Al Akhbar.

« J’ai été pris en otage par le président du WAC, Said Naciri. Naciri  est resté dans le flou, sans décider de me libérer ou de me garder. Dans les deux cas, le club devait me payer pour que je puisse partir vers une autre destination», rapporte Lekiosque360. En effet, arrivé en 2017 dans le club, le joueur burkinabè, qui a remporté la Ligue africaine des champions, a été prêté en 2017.

De retour, il a été mis à l’écart avec des arriérés de salaires. C’est pourquoi, le joueur souhaite que le contrat soit purement et simplement résilié et que le club lui rembourse 24 millions de F CFA qu’il lui doit en plus des trois mois d’arriérés de salaires. Pourtant, le Président du club Said Naciri affirme que le contrat entre les deux parties a été résilié depuis le mois de juin dernier. Ce que nie Mohamed Ouattara qui estime que le contrat a été résilié de façon unilatérale.

Maroc : Mohamed Ouattara pris « en otage par le président » du WAC
Le supposé document attestant de la résiliation de contrat entre M. Ouattara et le WAC

Cependant, une copie de ce supposé contrat de résiliation circule dans laquelle il est écrit que « Mohamed Ouattara se désiste de tous ses droits à échoir et déclare que le WAC section football ne lui est redevable d’aucune indemnité, d’aucune prime de signature d’aucune prime de match, d’aucun salaire et d’aucun montant d’argent de quel que ordre que ce soit ».

Le WAC avait prêté le joueur au RC Berkane (où évolue déjà Issoufou Dayo et Alain Traoré) mais sans contrepartie financière. Et pourtant selon le règlement au Maroc, le club devait signer également un contrat individuel avec le joueur. Ce qui n’avait pas été fait. Par finir, RC Berkane a annoncé que le joueur ne l’intéressait plus.

«Je ne suis pas un esclave. C’est dommage que les choses ne se soient pas faites de façon professionnelle dans le but de me dire le fin mot de l’histoire pour me libérer ou me garder», s’est exclamé Mohamed Ouattara dont le contrat expire en principe en 2021.

C’est en partie à cette situation que faisait référence Aristide Bancé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux dans laquelle il dénonçait un mauvais traitement des joueurs noirs en Afrique du Nord.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com