Marche lundi à Ouagadougou : Du lacrymogène pour disperser les manifestants, « nous sommes dirigés par des gens qui n’ont pas le niveau… », (Bassolma Bazié – CGT-B)

45

La police nationale a dispersé à coup de gaz lacrymogène, les
marcheurs de lundi matin. Des manifestants composés essentiellement de
syndicats, de travailleurs et autres organisations de la société civile.

Les marcheurs ont quitté peu avant 10h la Bourse du travail. Après la Place des cinéastes, ils ne pourront
pas avancer plus que cela. Ils ont rencontré sur leur chemin, la
Police, la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). La police fait
usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. C’est la fin
de la marche. Il faut vite replier à la Bourse du travail.

« Aujourd’hui nous sommes sortis pour manifester notre mécontentement.
Nous ne sommes pas en sécurité. Le Burkina Faso est devenu un pays
d’insécurité. On ne s’attendait plus à être gazés », déclare Salfo
Belem, un marcheur.

« Aujourd’hui on nous gaze. Mais ce n’est que
le début. Nous sommes sortis pacifiquement pour marcher mais ils nous
ont gazé. Dans tous les cas nous allons ressortir », rassure Fatao
Bangré, un autre marcheur.

Pour les organisateurs de la marche, ce sont les libertés qui sont attaquées.

« C’est la preuve que nous sommes dirigés par des gens qui n’ont pas le
niveau de connaître et comprendre les textes. Il n’y a pas du tout de
volonté de porter des réponses adéquates aux préoccupations du peuple
qui sont soulevées. Ces dirigeants n’ont pas la volonté à ce qu’il y ait
la sécurité au Burkina. Ce sont les mêmes qui ont accompagné Blaise
Compaoré 27 ans durant. Ce sont les mêmes qui par les méandres de
l’histoire sont restés sur les fauteuils présidentiels, ministériels et
législatifs. Notre action, c’est de faire en sorte à ce que le peuple
Burkinabè devant l’histoire ne soit pas transformé à un peuple orphelin
», a dit Basolma, Secrétaire général de la Confédération générale du
travail du Burkina (CGT-B).

Les organisateurs de la marche sans avancer de chiffres annoncent des blessés.

La mairie de Ouagadougou, aussi le gouvernement avaient annoncé
l’illégalité de la marche la semaine dernière. Les responsables
syndicaux et les organisations de la société civile annoncent d’autres
actions dans les jours à venir.

Lamine Traoré

Source : Omegabf.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici