Lutte contre l’excision : Les meilleures approches capitalisées à Koudougou

172

Le Secrétariat permanent du conseil national de lutte contre la pratique de l’excision a organisé un atelier de capitalisation des meilleures approches de promotion de l’élimination du 12 au 14 décembre 2019 dans la cité du cavalier rouge. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Rosalie Yao chargée de mission au ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire. En présence de Alphonsine Sawadogo, secrétaire permanent du conseil national de lutte contre la pratique de l’excision, ainsi que les participants.

Contribuer à la promotion de l’élimination de la pratique de l’excision par l’utilisation des meilleures approches, tel est l’objectif visé à travers l’organisation de cet atelier. Pour Alphonsine Sawadogo,  secrétaire permanent du conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (SP/CNLPE), la pratique de l’excision est considérée comme une norme  sociale basée pour les uns sur la coutume et pour les autres sur la religion.

Au regard des conséquences sanitaires, sociales, psychologiques et économiques des MGF, des stratégies et approches sont développées par le gouvernement en collaboration avec ses partenaires sociaux, techniques et financiers pour son élimination.

 A titre d’exemple, et selon le SP/CNLPE, depuis novembre 2009, la mise en œuvre du programme conjoint UNICEF-UNFPA, basée sur l’approche théorie des normes sociales a permis de renforcer les réponses à Ia problématique de l’excision.

 Pour sa mise en œuvre, plusieurs acteurs (associations, ONG) en collaboration avec le SP/CNLPE développent plusieurs approches sur le terrain. D’après le SP/CNLPE les approches, faut-il le rappeler ont permis d’engranger beaucoup de résultats et la tendance est à la baisse. En effet, la mise en œuvre des approches diffère d’un acteur à un autre ou l’approche n’est pas totalement mise en œuvre de façon chronologique des étapes sont souvent sautées soit par manque de moyens soit parce que tout simplement l’approche n’a pas été bien maîtrisée par les acteurs.

Capitaliser les approches 

 C’est dans cette perspective que s’inscrit l’organisation de cet atelier, pour capitaliser les approches novatrices de tous les acteurs de la société civile, les ONG, les partenaires techniques et financiers, les autorités coutumières et religieuses et les acteurs étatiques pour faire le point des bonnes pratiques en matière de promotion de l’abandon des MGF. Ainsi, les bonnes pratiques retenues feront l’objet de capitalisation et de vulgarisation au profit des différents acteurs, institutionnels et communautaires.

Il s’agira plus précisément d’échanger sur les approches développées par les acteurs de promotion de l’abandon de Ia pratique de l’excision, dresser une liste des meilleures approches développées sur le terrain par les acteurs en matière de promotion de l’abandon des MGF, valider un recueil des meilleures approches de promotion de l’élimination des MGF.

Parlant de défis et selon Alphonsine Sawadogo, avec la loi, la pratique est rentrée dans la clandestinité. De son avis, c’est sur de petites filles que l’excision est pratiquée de plus en plus.

La pratique transfrontalière  constitue également un autre défi auquel le comité va s’atteler et les poches de résistance ou les communautés ont besoin d’information pour comprendre le bien fondé de la non excision. 

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici