Lutte contre le terrorisme : Simon Compaoré appelle à l’union contre le mal

229

Après la région du Nord le 8 avril 2017 et depuis ce matin 9 avril, le ministre de la sécurité poursuit sa tournée dans le Sahel. Tantôt pour dire « bravo », saluer l’esprit de sacrifice et le dévouement au travail des enseignants, des policiers, des gendarmes et des militaires, tantôt pour appeler à la collaboration populations-forces de défense et sécurité et vice-versa, parce que « sans sécurité, pas de développement ».

Tellement matinale, ce que nous avons pu vérifier lors d’une journée passée avec lui, c’est tôt le matin à 4h50 ce 9 avril que le ministre de la sécurité Simon Compaoré a quitté Ouahigouya pour arriver à Sollé, localité située à 90 kilomètres de la capitale de la région du Nord.

Après avoir procédé à la montée des couleurs avec le personnel du commissariat de Sollé, le ministre leur a fait part de sa « fierté » à leur endroit pour tout ce qu’ils font pour les populations de la localité.

Avant de prendre congé d’eux, il les a invités à « surtout entretenir de bonnes relations avec les citoyens », une attitude qui devrait selon lui leur permettre de mener à bien leurs missions.

Après les policiers, les échanges se sont poursuivis avec les forces vives pour leur signifier la nécessité d’une collaboration avec les forces de sécurité pour plus de sécurité pour tous.

Et pour cause, dit-il, « sans sécurité, pas de développement ». Aux enseignants présents à la rencontre, Simon Compaoré leur a adressé un message personnalisé. « Je salue le patriotisme et le dévouement au travail de tous les enseignants », leur a-t-il dit.

Région du Sahel                                                      

Après le Nord, le ministre s’est rendu dans le Sahel. Première escale, le commissariat de police du district de Baraboulé, le commissariat qui a été la cible d’une attaque terroriste dans la nuit du 27 février aux environs de 23h.

En attendant la construction d’un nouveau commissariat et le renforcement de l’effectif prévu, du matériel roulant et informatique a été offert aux hommes présents. Là encore, le message est presque le même.

« Je suis venu vous saluer et vous dire merci pour votre esprit de sacrifice et votre dévouement au travail », a dit Simon Compaoré aux éléments qui y ont été affectés.

Lutte contre le terrorisme : Simon Compaoré appelle à l’union contre le mal
Les habitants de Baraboulé lors de la rencontre avec le ministre de la sécurité. © DCPM Sécurité

Après la revue des troupes, les échanges se sont poursuivis entre le chef du département sécurité et les populations de cette localité qui était devenue la cible fréquente des terroristes.

Promettant que l’Etat veillera à remplir sa part de responsabilité. N’occultant pas la nécessité d’investissement dans la zone, et le développement n’étant possible que si la sécurité est garantie, la requête du ministre a été la suivante.

« Nous vous invitons à collaborer avec les forces de défense et de sécurité. La lutte contre le terrorisme doit être commune. Donnez-nous les bonnes informations pour qu’on prépare la défense de la région ».

Après Baraboulé, le cap a été mis sur Djibo, capitale de la province du Soum. Une halte a été observée à la brigade territoriale de gendarmerie de la ville. Là, Simon Compaoré s’est arrêté pour dire « bravo » à la troupe.

Synthèse de Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com