Lutte contre le terrorisme : 20 milliards de FCFA acquis dans le cadre d’un programme transfrontalier

107

Conformément à la Constitution qui prévoit à son article 109, al 2 que «Le Premier ministre expose directement aux députés la situation de la Nation lors de l’ouverture de la première session de l’Assemblée nationale», Paul Kaba Thiéba était face à la représentation nationale le vendredi 14 avril. A l’occasion, le chef du gouvernement burkinabè a dépeint, entre autres, la situation sécuritaire du Pays des Hommes intègres, tout en déclinant les perspectives de la dynamique de lutte contre le terrorisme transfrontalier.

Face aux députés réunis en séance plénière sous la présidence de Salifou Diallo, le chef du gouvernement a laissé entendre: «J’ai conscience des défis à relever notamment en matière de sécurité nationale, de cohésion sociale et de l’emploi des femmes et des jeunes. En ce qui concerne la sécurité nationale, le Gouvernement poursuivra la politique de renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité.»

Des forces de défense et de sécurité (FDS) déjà en plein, non seulement dans «de grandes opérations de sécurisation» des régions du Sahel, du Centre-Est, du Centre, des Hauts-Bassins, des Cascades, du Sud-Ouest, du Plateau central avec une particulière présence dans les zones frontalières, mais aussi dans la conduite «d’Opérations conjointes avec les Forces de Défense et de Sécurité du Togo dans le Centre Est».

Les FDS ont également, foi du Premier ministre Thiéba, «organisé de nombreuses patrouilles et opérations de ratissage de grande envergure dans les zones criminogènes des 13 Régions du pays.»

En plus de renforcement des capacités de ces FDS, le gouvernement burkinabè, selon son chef, s’est activement engagé dans une dynamique de rayonnement des efforts à l’échelle sous-régionale, notamment en ratifiant la «Convention de Niamey» sur la coopération transfrontalière et en signant un Accord-cadre entre notre pays et la République du Mali. Dans cet élan internationaliste visant à contrer le terrorisme, révèle Paul Kaba Thiéba, «Un financement de 20 milliards de FCFA a été obtenu pour la mise en œuvre du programme d’appui à la gestion intégrée des espaces frontaliers (ProGEF) pour une durée de 4 ans.»

Au-delà des initiatives du gouvernement, le Premier ministre dit inviter «tous les Burkinabè et toutes les personnes vivant au Burkina Faso, à se mobiliser comme un seul homme pour barrer la route au terrorisme.» Sa conviction à lui, Paul Kaba Thiéba, semble établie qu’«au-delà de l’émotion et de la douleur, cette guerre qui nous est imposée a ravivé en nous le patriotisme, le sens du sacrifice et notre détermination à ne rien céder aux terroristes.»

Paangui Parè

Bayiri.com