Lutte contre le Covid-19 : De beaux jours pour les kits jetables

143
Lutte contre le Covid-19 : De beaux jours pour les kits jetables

La pandémie du Covid-19 a mis à l’arrêt presque toutes les activités économiques. Mais quelques activités essentielles sont restées ouvertes dont la vente des kits jetables. L’usage des kits est en effet devenu obligatoire dans les restaurants et kiosques. Un marché qui semble bénéfique dans cette période des vaches maigres.

Il est 10 heures ce mercredi 15 avril 2020 à Ouagadougou. Nous sommes devant une grande surface de la place, spécialisée dans la vente des plastiques haut de gamme. A peine quelques minutes d’attente, les mouvements commencent à se faire sentir. Certains avec les engins à deux roues, d’autres à quatre roues. Restauratrices, restaurateurs, gérants de kiosques et autres, disent être venus se ravitailler en kits jetables, dont l’usage est devenu obligatoire pour leurs activités.

À quelque chose malheur est bon dit-on. Ainsi, en pleine épidémie du coronavirus, la vente des kits jetables se montre dans ces jours, avec un regain d’intérêt forcé certes, mais perceptible en ces lieux.

Si dans un passé récent, les kits jetables étaient utilisés de façon exceptionnelle, de nos jours, ils sont devenus obligatoires dans la restauration. Un business pour les professionnels du domaine en cette période des vaches maigres.

Souleymane Ouédraogo, gérant d’une grande surface, spécialisée dans la vente des plastqiue de haute gamme

Le gérant de la surface, Souleymane Ouédraogo, n’a pas voulu nous dire combien il gagne ni l’ampleur de ses ventes. Il a néanmoins reconnu que la demande a augmenté depuis l’annonce des mesures de lutte contre le covid-19 et l’obligation faite aux restaurants de ne servir qu’avec ces kits. Car avant la pandémie, la vente journalière qui s’élevait à 100 paquets de kits est à la hausse.

Aujourd’hui, souligne-t-il, « nous pouvons vendre jusqu’à 150 paquets même si cela n’est pas si rentable pour nous vu que la plupart de nos clients habituels ont fermé boutique ».

Même scénario chez Louise Bonkoungou qui, elle-aussi, est spécialisée dans la vente des kits jetables. Pour elle, les kits jetables sont de plus en plus demandés, vu que dans les restaurants et kiosques, c’est devenu obligatoire. Une situation qui nous profite, lâche-t-elle.

Selon un des restaurateurs rencontrés sur place, Zakaria Koanda, venu se ravitailler, avant dit-il, il prenait une petite quantité juste pour ceux qui en demandaient mais maintenant, il prend en grande quantité, parce qu’ils ne vendent plus que des plats à emporter à cause de la maladie.

Zakaria Koanda, restaurateur, venu se ravitailler en kits jetables

Pour cette autre restauratrice rencontrée également sur place, Agathe Ouédraogo, elle dit être une habituée des kits jetables dans son restaurant. Et avec la maladie sa ration de kits, dit-elle, n’a pas augmenté, parce que, beaucoup de ces clients n’avaient pas l’habitude des repas à emporter mais qui sont en train de se mettre dans cette dynamique.

C’est d’ailleurs pourquoi, elle avait, au départ, enregistré une chute de 2/3 des repas mais qui s’est amélioré de 50%, vu que cela est en train de rentrer dans les habitudes des clients, a-t-elle précisé. « Aujourd’hui, j’en ai pris plus, parce que quelques fois, je fais aussi des repas pour livrer aux malades et au personnel soignant. Une initiative de solidarité envers ces personnes qui sont souvent dans des situations de grand stress », a-t-elle montré.

Ce grossiste, monsieur Zongo comme il se fait appeler, laisse entendre que l’utilisation des kits jetables n’est pas nouveau au Burkina mais compte tenue de la maladie et des mesures prises, ils sont de plus en plus prisés. « Sinon moi, j’ai toujours utilisé le kit car je trouve que c’est hygiénique mais avant je prenais en petite quantité mais maintenant j’ai multiplié ma commande et je viens régulièrement me ravitailler », affirme-t-il.

Au-delà des restaurants, les kits jetables sont aussi exigés dans toutes les activités sociales. Et, Hamza Ilboudo, lui est venu s’en procurer pour le baptême de son enfant.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici