LNSP: les agents en sit-in pour manifester leur mécontentement

1551

Les agents du Laboratoire national de santé publique (LNSP), réunis au sein de la sous-section du Syntsha (Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale), étaient en ordre de bataille ce matin dans les locaux abritant leurs services. Il s’agissait, à travers un sit-in qui va durer deux jours, les 12 et 13 mai, de montrer leur mécontentement en ce qui concerne leurs conditions de travail. Toutefois, en vue d’une issue heureuse à cette grogne, des concertations sont d’ores et déjà annoncées, entre les différentes parties.

 

«Les travailleurs du Laboratoire national de santé publique sont effectivement en sit-in aujourd’hui et demain pour exiger des autorités la prise de mesures pour donner suite à un certain nombre de préoccupations auxquelles ces travailleurs font face», nous a lancé Nobila Ouédraogo, secrétaire général de la sous-section Syntsha-LNSP.

Aux dires celui-ci, ces préoccupations se situent à plusieurs niveaux. Il y a d’abord la question des conditions de travail. A ce niveau, « nous estimons que, pour pouvoir analyser les produits et faire les contrôles, il nous faut des équipements performants. Il nous faut des réactifs, il nous faut des consommables de bonne qualité», confie M. Ouedraogo.

La question relative au plan de carrière qui se trouve être bloqué, selon les frondeurs, fait également partie de l’ensemble de ces revendications. Cette situation qui durerait depuis l’année 2000, fait dire au secrétaire général du syndicat des agents du LNSP «qu’il y a une déperdition énorme. Beaucoup de gens sont partis avec des spécialités uniques qui ont fait leur expérience et malheureusement ne sont plus des nôtres et cela constitue un manque pour le laboratoire ».

Il est ressorti au cours de mouvement d’humeur, qu’en ce qui concerne le point des indemnités,  des travailleurs ont vu des retenus sur leurs indemnités sans savoir effectivement à quoi cela répond. Une chose qu’ils trouvent inacceptable.

Par ailleurs, dans le souci d’une meilleure compréhension de la gestion de leur institution, les agents du Laboratoire national de santé publique demandent « qu’il y ait un audit de la gestion de l’établissement pour des besoins de transparence qui permettront de rassurer tout le monde. Et faire en sorte que les autorités qui accompagnent l’institution puissent aussi savoir que l’argent du contribuable est bien géré », fait remarquer Nobila Ouédraogo.

En outre, ils dénoncent le problème d’associer les syndicats aux instances où se discute et se décide le sort des travailleurs. A ce sujet, ils disent avoir noté un certain nombre de provocations, d’humiliations d’agents et «nous disons que tout cela cesse».

Pour obtenir des réponses satisfaisantes face à ces différentes préoccupations émises par la section Syntsha du LNSP, des démarches ont été entreprises. Ainsi, une rencontre était prévue dans la matinée de ce 12 mai avec le secrétaire général du ministère de la Santé.

«Nous pensons qu’on pourra discuter réellement des différents points de revendications et de toute les façons, nous apprécieront les résultats de cette concertation. Toutefois, si nous n’avons pas satisfaction, l’ensemble des travailleurs analysera et appréciera pour décider de ce qu’il adviendra», prévient le syndicat. Et de conclure : «comme prévu, nous allons poursuivre avec ce sit-in demain, en espérant que les autorités vont donner une suite favorable à cette situation désastreuse que nous connaissons».

Guy Serge Aka

Fasozine