Libération d’otages par la Force conjointe du G5 Sahel

35

Au cours d’une opération offensive menée le 17 mars, la Force conjointe du G5 Sahel a libéré cinq jeunes filles et une mère de famille, retenues en otage par des groupes armés terroristes.

Ces jeunes filles âgées de 10 à 14 ans et la jeune mère de 20 ans, étaient en captivité depuis le 5 mars dernier dans la zone de GARGASSA et FERERIO, à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Durant cette opération, une compagnie de la Force conjointe du G5 Sahel a réussi à mettre hors d’état de nuire plusieurs membres des groupes armés terroristes.

En effet, au cours d’une mission de reconnaissance, l’Échelon Tactique Interarmes (ETIA) d’un bataillon de la Force conjointe a mené une opération en zone des trois frontières dans l’objectif de poursuivre l’effort contre les groupes armés terroristes.

Suite à une accumulation de renseignement et d’un partage de celui-ci entre les pays partenaires du G5 Sahel et la Force Barkhane, le poste de commandement de la Force conjointe a planifié et conduit une opération offensive contre un foyer caractérisé comme terroriste.

Cette action a ainsi permis de mettre hors de combat plusieurs terroristes se revendiquant de l’État Islamiste du Grand Sahara et de libérer ces six otages.

Par la suite, la Force conjointe a facilité l’intervention de la gendarmerie burkinabè afin d’organiser le rapatriement des otages libérés vers leurs familles.

Le Général Oumarou Namata Gazama, Commandant la Force conjointe du G5 Sahel, s’est rendu dès le lendemain sur la zone d’opération pour saluer l’engagement de ses hommes.

Il a, à cette occasion, déclaré qu’au «rythme où les opérations sont menées, une amélioration de la situation sécuritaire en zone des trois frontières devrait être visible sous peu».

Pour rappel, la Force Conjointe du G5 Sahel est une force spéciale multinationale qui a pour mission de lutter contre le terrorisme et le crime organisé dans le Sahel en étroite coordination avec toutes les Forces Nationales et celles des partenaires non-africains. Elle est dotée de 5000 soldats, répartis en sept bataillons provenant du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Source : Fasozine.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici